J-8: Carrefour épinglé pour abus de Fuwawa

Décidemment, Carrefour n'est plus en odeur de sainteté en Chine. Après avoir souffert d'un boycott de ses enseignes suites aux violences au Tibet et le soutien supposé de la marque au Dalai Lama, Carrefour est aujourd'hui lynché par CCTV, la télévision chinoise, pour abus de Fuwawa (ou Fuwa). Son hypermarché de Nanjing ayant utilisé les cinq mascottes officielles des J.O. de Pékin, sans autorisation du BOCOG ou comité d'organisation olympique.

Décidemment, Carrefour n'est plus en odeur de sainteté en Chine. Après avoir souffert d'un boycott de ses enseignes suites aux violences au Tibet et le soutien supposé de la marque au Dalai Lama, Carrefour est aujourd'hui lynché par CCTV, la télévision chinoise, pour abus de Fuwawa (ou Fuwa). Son hypermarché de Nanjing ayant utilisé les cinq mascottes officielles des J.O. de Pékin, sans autorisation du BOCOG ou comité d'organisation olympique.

 

Déjà, pendant la campagne de boycott, les employées de Carrefour devaient porter une casquette avec les anneaux multicolores... avant que l'enseigne ne recoive une amende pour exploitation illégale des symboles olympiques. Carrefour fait travailler près de 40 000 personnes en Chine avec ses 100 hypermarchés et ses 253 supermarchés low cost Dia. Le nom chinois de Carrefour a été transcrit à partir de la prononciation française : 家乐福 (pinyin : jiā lè fú) ce qui signifie "Opulence de la famille joyeuse".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.