Gaby Cohn-Bendit sort son bazooka pour penser l'après-régionales

Mediapart s'est procuré le dernier e-mail de Gabriel Cohn-Bendit adressé à certains de ses amis d'Europe-Ecologie, faisant état de ses réflexions sur l'avenir du «rassemblement écolo». Un texte coup de gueule.

Mediapart s'est procuré le dernier e-mail de Gabriel Cohn-Bendit adressé à certains de ses amis d'Europe-Ecologie, faisant état de ses réflexions sur l'avenir du «rassemblement écolo». Un texte coup de gueule. Le frère de Danyprend cette fois-ci directement la plume (lire notre précédent article), appelant à la création d'une «nouvelle force» où l'on militerait et élirait ses cadres par internet.

Intitulé «Quelques idées et des pistes pour avancer...», la missive se veut sans langue de bois, mais se présente comme «un texte à discuter et non à prendre ou laisser». Il y vitupère à plusieurs reprises contre l'«apparatchik» des Verts (dont il dénonce le «sectarisme»), leur n°2 Jean-Vincent Placé, qu'il dit «plus préoccupé par son futur poste de sénateur que par la construction d'une force qui peut faire jeu égal avec le PS et le dépasser dans un deuxième».

 

Téléchargez le texte de Gaby Cohn-Bendit, en cliquant ici

 

Alors que "Dany" a récemment interrogé la croissance d'Europe-Ecologie en évoquant la possibilité de faire l'impasse sur la présidentielle et en pointant comme priorité d'obtenir «une cinquantaine de députés» (lire notre article sur le sujet), "Gaby" parle lui d'organisation. Et se prononce pour un nouveau parti, mais qui ne serait pas un parti, qui pourrait accueillir «une nouvelle sorte de militants à part entière mais pas masos». Il explique ainsi:

«Des hommes et des femmes qui se réunissent au moins une fois par mois de 20h à 22h et parfois beaucoup plus tard, de préférence le soir de la retransmission d'un grand match de foot ou de rugby ou le soir où Canal+ passe le chef d'oeuvre d'un des plus grands cinéastes. Et tout ça pour des séances d'un ennui mortel ou il ne se dit pas grand chose, mais ou on se fait connaître pour pouvoir participer à la course à la candidature, tenter de faire partie de la bonne écurie, j'en passe et des meilleures».

 

Le président des controversés «Amis d'Europe-Ecologie» (lire notre article), qui a été annoncée un temps dissoute à la fin de l'été 2009, et puis finalement non, croit beaucoup en la «double-appartenance» des membres de la future force. Une approche déjà développé par "Dany" au lendemain des européennes (lire notre article), qui permettrait aux sans-parti (les "Europécologiste non-verts"), de côtoyer «des militants du MEI, de GE, du PS, du PC, de Cap 21, du MODEM» (ouf). Quant à la cotisation, «le nerf de la guerre» comme l'appelle Gabriel Cohn-Bendit, elle sera versée directement à Europe-Ecologie:

«Ceux qui sont ou veulent adhérer chez les Verts ou à toute autre formation politique paieront une autre cotisation à ces partis que ces partis fixent en toute indépendance. Oui nous sommes pour permettre la double appartenance à ceux qui le désirent. Mais à Europe Écologie nous ne connaissons que des adhérents d'Europe Écologie. Et lors des prochaines élections les cantonales et les législatives de 2012 (…), c'est à cette formation politique qu'iront les fonds. Nous avons donc un an pour préparer les cantonales et deux ans pour les législatives. Oui je sais ça ne se fera pas tout seul.»

 

Pour conclure, "Gaby" ne peut s'empêcher de glisser une référence à Mai-68, en ponctuant son épistole: «Ce n'est qu'un début continuons le débat.» Sûr que ce débat sera passionné, entre individualités à sociabilité collective variable et adhérents Verts (aujourd'hui faiblement majoritaires dans Europe-Ecologie) soucieux de refondation, mais pas forcément autour de Gabriel Cohn-Bendit.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.