A l'Elysée, l'opération "on solde les historiques" se poursuit

Après Henri Guaino, à qui le tour? Nouvel épisode ce vendredi matin, 11 décembre, dans «le Figaro», de l'opération qui agite le cabinet historique autour de Nicolas Sarkozy et qui aboutira bientôt –sans doute après les régionales– à un renouvellement complet des proches du chef de l'Etat, ceux qui ont participé à la prise du pouvoir de 2007.

Après Henri Guaino, à qui le tour? Nouvel épisode ce vendredi matin, 11 décembre, dans «le Figaro», de l'opération qui agite le cabinet historique autour de Nicolas Sarkozy et qui aboutira bientôt –sans doute après les régionales– à un renouvellement complet des proches du chef de l'Etat, ceux qui ont participé à la prise du pouvoir de 2007.

Le journal raconte une scène qui s'est déroulée ce mercredi, avant le conseil des ministres, la fameuse réunion de 8h30 qui rassemble les principaux collaborateurs autour de Claude Guéant, maintenant que Nicolas Sarkozy n'y vient plus. Et là, c'est pleins feux sur Guaino. Raymond Soubie et d'autres reprochant à ce dernier, toujours selon «le Figaro», d'avoir pris position contre Luc Chatel et sa réforme de l'enseignement de l'Histoire en terminale S. Il faut lire l'article.

Bien entendu, si le papier sort, c'est que certains à l'Elysée ont intêret à ce que l'incident soit connu pour déstabiliser "la plume" du Président. Le procédé est classique et que ce soit «le Figaro» qui sorte l'histoire ne tient pas du hasard. Emmanuelle Mignon, la première directrice du cabinet, vient de retourner au Conseil d'Etat, Patrick Ouart, le conseiller justice, est retrourné chez LVMH ( il n'est pas remplacé), François Pérol, le secrétaire général adjoint, pantoufle à la Caisse d'Epargne, Catherine Pégard, la conseillère politique, a été reléguée dans une aile du Chateau et se morfond...

La liste s'allonge des «historiques» qui quittent le navire. Le processus paraît irréversible et n'aurait pas déplu à Agatha Christie. A qui le tour ? Probablement, Jean-Daniel Levitte, le sherpa du chef de l'Etat et par ailleurs l'homme du quai d'Orsay, qui s'oppose de plus en plus à Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée. La liste des candidats putatifs à des postes diplomatiques vient de donner lieu tout le mois de novembre à une bataille de chiffonniers entre les deux hommes. Parce que si les historiques s'en vont, il y a un homme qui demeure: le préfet Guéant. Cherchez la source...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.