Stéphane Alliès
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Pol en stock

Suivi par 41 abonnés

Billet de blog 14 déc. 2010

Primaires du PS: Taubira «conjugue» sa candidature avec celle de Montebourg

«Nous ne sommes que deux à rassembler au PS: DSK par son silence, et moi par des actes.» Arnaud Montebourg n'est pas peu fier de son coup, en présentant mardi matin à la presse son premier soutien significatif, la députée PRG de Guyane Christiane Taubira. Ne leur dites pas «ralliement», ils vous répondent «conjugaison d'un socialisme et d'un radicalisme de transformation».

Stéphane Alliès
Journaliste
Journaliste à Mediapart

«Nous ne sommes que deux à rassembler au PS: DSK par son silence, et moi par des actes.» Arnaud Montebourg n'est pas peu fier de son coup, en présentant mardi matin à la presse son premier soutien significatif, la députée PRG de Guyane Christiane Taubira. Ne leur dites pas «ralliement», ils vous répondent «conjugaison d'un socialisme et d'un radicalisme de transformation».

Après avoir assuré de leur trajectoire commune sur la VIe République, leur «non d'amour à l'Europe lors du référendum sur le TCE» ou leur vision de l'économie («le capitalisme coopératif d'Arnaud, je le portais sous une autre forme lors de ma campagne de 2002»), les deux duettistes ont fait valoir leur intention de mener «une campagne tonique sur tout le territoire et les outre-mers», Taubira se disant «persuadée que les militants radicaux seront à nos côtés pour cette primaire». Une primaire qui, selon Montebourg, ne doit «pas être celle des courants socialistes, mais celle de toutes les gauches». Et le député et président de Saône-et-Loire de tisser son habituelle comparaison un brin grandiloquente avec Barack Obama: «Nous avons déjà presque un millier de volontaires pour participer à notre campagne inspirée des méthodes d'Obama, qui avait fait mentir l'establishment washingtonien.»

Lui ne se cache pas de vouloir démentir l'establishment solférinien, et se félicite de l'apport de celle qu'il désigne comme son «potomitan» («pilier principal» en créole): «Elle a une vraie aura dans les quartiers populaires, où elle avait fait des 20% dans certains d'entre eux, lors de la présidentielle de 2002», confie-t-il. Taubira, de son côté, estime pouvoir faire «bien plus que mes presque 700.000 voix d'alors» et entend «apporter à Arnaud (sa) vision de l'égalité des droits et de la laïcité, un combat qui n'est plus anticlérical, mais qui porte l'exigence d'échapper à toutes les influences indues, confessionnelles mais aussi partisanes, corporatistes et financières».

Pourquoi la Guyanaise ne se lance-t-elle pas elle-même? «On fait de la politique selon les enjeux, répond-elle. En 2002, les circonstances étaient réunies pour que je me lance dans la bataille seule. En 2007, mon parti avait refusé de candidater. Désormais, l'heure est à l'unité, pour servir les réponses aux urgences que nous voulons résoudre.»

Montebourg espère désormais convaincre Jean-Pierre Chevènement, qu'il doit rencontrer bientôt pour en parler, de venir élargir le spectre d'une candidature encore marginale dans les sondages d'opinion. «Plus si marginale, tient-il à faire remarquer, puisqu'elle a déjà distancé celle de Manuel Valls et rattrape celle de François Hollande».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet