Marine Turchi
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Pol en stock

Suivi par 41 abonnés

Billet de blog 19 janv. 2010

Au pays de l'UMP, le plagiat est roi

A l'UMP, modernisation rimerait-elle avec plagiat? Depuis l'arrivée de Xavier Bertrand à la tête du parti présidentiel, en janvier 2009, l'UMP n'en finit plus de donner dans le copier-coller. Dernier pillage en date, celui de Gaylib, le mouvement gay, lesbien et transsexuel de l'UMP. L'antenne de Gaylib en Aquitaine a repris le logo de la région (ci-dessus à droite) sur sa page facebook pour y glisser ses couleurs (ci-dessus, à gauche). 

Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart
© 

A l'UMP, modernisation rimerait-elle avec plagiat? Depuis l'arrivée de Xavier Bertrand à la tête du parti présidentiel, en janvier 2009, l'UMP n'en finit plus de donner dans le copier-coller. Dernier pillage en date, celui de Gaylib, le mouvement gay, lesbien et transsexuel de l'UMP. L'antenne de Gaylib en Aquitaine a repris le logo de la région (ci-dessus à droite) sur sa page facebook pour y glisser ses couleurs (ci-dessus, à gauche).

Pour les Jeunes Socialistes d'Aquitaine, qui ont déniché cette «contrefaçon», il s'agit d'une «usurpation doublement illégale» : «D’une part, le logo de la Région Aquitaine constitue une œuvre de l’esprit qui bénéficie à ce titre des droits d’auteurs ; et d’autre part, étant déposé auprès de l’INPI, il est protégé par le droit des marques. Ceci constitue une double infraction au code de la propriété intellectuelle en vertu des l’articles L. 122-4 et L. 711 du CPI».

Ce n'est pas la première fois que l'UMP plagie sauvagement des contenus. Il y a un an, le mouvement populaire s'était approprié la chanson «Kids» de MGMT pour son conseil national et pour certaines de ses vidéos, ce qui l'avait contraint à verser 30 000 euros de dommages et intérêts au groupe américain (lire nos billets du 20 et du 25 février).

En décembre dernier, rebelote: on apprend que la version utilisée dans le lipdub des Jeunes UMP n'est pas la version originale, mais celle chantée par une jeune artiste Marie-Mai, pour la Star Academy québécoise. A qui, bien entendu, ils n'ont pas demandé d'autorisation... Et ce mois-ci, c'est le logo d'Hadopi qui reprend la même typo que celle de France Télécom, en usage exclusif. Un comble quand on sait que l'Hadopi est chargée de sanctionner ceux qui téléchargent illégalement sur le web...

Il y a deux semaines, c'est au tour de Luc Chatel, le minstre de l'éducation, d'être épinglé pour un grossier copier-coller du web. Lors d’une réponse à une question d’un député à l’assemblée nationale sur le chèque éducation, le ministre a repris, mot pour mot et sans le citer, le contenu d’un article disponible sur Wikibéral, l’encyclopédie libérale, comme l'a révélé le blog de Lexington, le 10 janvier.

«Après ses mésaventures musicales avec le groupe américain MGMT, la reprise de la chanson de la Québécoise Marie-Mai et Hadopi, l’UMP est décidément le parti politique qui met à mal des droits d’auteurs en France, et ce malgré toutes les bonnes intentions législatives affichées», estiment les Jeunes Socialistes d'Aquitaine dans un communiqué. «Y'a-t-il un juriste à l'UMP ?», s'interrogent-ils.

Joint lundi soir par Sud Ouest, Julien Diez, responsable de Gaylib Aquitaine, affirme avoir «cherché à contacter la personne qui a conçu le logo de la Région», en vain. «Travaillant dans l'ingénierie culturelle, je suis sensible au respect du droit d'auteur.(...) Et nous avons considéré que sur Facebook, l'usage reste somme toute limité...».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis