Bayrou compte sur le succès des "Lib dems" pour se relancer

A terre après deux défaites électorales, il y a fort à parier que le MoDem tentera de s'approprier une partie du succès des Lib dems en Grande-Bretagne, lors des législatives du 6 mai.

 © Mouvement démocrate © Mouvement démocrate
A terre après deux défaites électorales, il y a fort à parier que le MoDem tentera de s'approprier une partie du succès des Lib dems en Grande-Bretagne, lors des législatives du 6 mai.

«L'exemple de Clegg montre à beaucoup d'électeurs en Europe et en France que le paysage politique doit nécessairement changer». Sur son site, en amont du deuxième débat télévisé opposant les trois candidats britanniques, le MoDem publiait, le 23 avril, une tribune de François Bayrou évoquant le succès de Nick Clegg. Le leader centriste y fait l'apologie du troisième homme britannique («un homme ouvert», «un européen convaincu qui parle plusieurs langues», qui «a des idées, du courage» et «n'hésite pas à affronter les deux autres partis pour créer un espace politique au centre»). Il assure le connaître «depuis des années» et rappelle que celui-ci a «participé à nos universités d'été».

En 2007, Clegg était en effet aux universités d'été du MoDem:

Nick Clegg a le vent en poupe (lire notre dossier), et Bayrou compte bien en profiter.«Nous sommes dans une alliance, une amitié», dit-il. Et ajoute: «Il est centre-gauche sur les questions de société et centre-droit en économie. Il croit à la liberté de l'économie mais pense qu'on a nécessairement besoin de social, de service public et accorde une priorité à l'éducation».

Sur le site du MoDem toujours, il explique pourquoi la sauce ne prend pas en France: «Elle a pris à la présidentielle de 2007 et personne n'aurait dit, il y a encore quelques jours, qu'elle prendrait outre-manche. (...) Quand les électeurs sont placés devant le choix crucial de savoir quelle direction leur pays doit suivre, ils comprennent qu'ils ne sont pas condamnés au choix entre la droite et la gauche».

Si les Lib dems créaient la surprise le 6 mai, «François Bayrou aussi bien qu’Hervé Morin ou autre Jean-Louis Borloo en tireront argument et les médias parleront d’un succès "centriste"», estime pour sa part Jean-François Kahn sur son blog. «Et ils auront tort», affirme-t-il car ce tiers parti n'est «pas "centriste"». Pour l'ancienne tête de liste MoDem aux européennes, «le discours des "LibDem" (...) ne se situe pas "au milieu", un peu de ceci et un peu de cela, un mi-chemin, dans un "entre-deux", mais ailleurs ou autre part».

The Economist, lui, voit en Clegg un «Bayrou britannique» ... mais pour mieux démontrer que ses chances de rentrer au gouvernement sont infimes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.