Marie-George Buffet tout contre le cantal sexiste

Il y avait eu Georges Marchais et son fameux «Liliane, fais les valises!». Mais les temps changent, même au PCF. Au lendemain de son conseil national, sa secrétaire nationale Marie-George Buffet occupe le premier plan médiatique. Sur sa lancée de France Inter (voir ici), elle en profite pour porter le fer féministe, en publiant un communiqué vengeur, ce lundi, contre une publicité contre… le cantal.

Il y avait eu Georges Marchais et son fameux «Liliane, fais les valises!». Mais les temps changent, même au PCF. Au lendemain de son conseil national, sa secrétaire nationale Marie-George Buffet occupe le premier plan médiatique. Sur sa lancée de France Inter (voir ici), elle en profite pour porter le fer féministe, en publiant un communiqué vengeur, ce lundi, contre une publicité contre… le cantal.

 

Motif du courroux communiste: une série de publicités intitulée «Le cantal, ça peut être fatal» mettant en scène un couple dont la femme (malicieusement dénommée Chantal) oublie systématiquement le délicieux fromage à pâte dure, déclenchant dans la foulée la violence symbolique (un refus de mariage ou un abandon au bord de la route) voire la violence réelle (ci-dessous) de son conjoint fort déçu…

 

Dans un courrier (ici en version intégrale) adressé à Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports (qui finance en partie la campagne), ainsi qu'aux présidents des conseil régional d'Auvergne et général du Cantal, Buffet estime ainsi que:

«C'est le contraire de la promotion pour l'égalité et la non violence entre femmes et hommes. Nous nous interrogeons sur le but recherché: est-ce une publicité visant à la promotion d'un produit ou est-ce une publicité, comme de nombreuses autres, qui met en avant l'obligation de soumission des femmes à la suprématie de l'autorité des hommes?» Et de lui demander «d'agir pour le remplacement de ce message publicitaire en faveur du produit, appréciable au demeurant».

 

Pour la petite histoire, indique-t-on au service de presse du PCF, «Marie-George a discuté de cette pub avec Cécile Duflot et Martine Aubry, lors de la manif pour le droit des femmes, le 17 ocotbre dernier. C'est là qu'elle a décidé d'envoyer cette lettre, car ça lui tenait à cœur…» Comme quoi l'union de la gauche n'est pas morte, elle bouge encore.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.