La tentation du feu

Ce matin encore un chômeur en fin de droits à tenté de s'immoler à Saint Ouen. Combien faudra t-il de morts ou de blessés pour que ce gouvernement comprenne qu'il est désormais urgent d'agir.

Ce matin encore un chômeur en fin de droits à tenté de s'immoler à Saint Ouen. Combien faudra t-il de morts ou de blessés pour que ce gouvernement comprenne qu'il est désormais urgent d'agir.

Urgent d'agir pour une politique de l'emploi passant par la réduction massive du temps de travail. Urgent d'agir pour une redistribution des richesses devant profiter, entre autres, aux plus démunis: chômeurs de longue durée et jeunes à la recherche d'un premier emploi. Urgent d'agir pour porter partout le débat, dans les villes et les campagnes, sur ce qui fonde le travail et le salariat aujourd'hui afin de convoquer de grandes Assises sur l'Emploi.

Pour clarifier les choses, Michel Sapin devrait sans doute démissionner lui qui n'a pas trouvé d'autres mots que "Pole emploi a tout fait pour Djamal CHAAB" ce chômeur nantais qui s'est suicidé par le feu. Difficile aussi d'oublier les paroles assez étranges du Premier ministre qui considérait ce geste "compliqué à expliquer" alors que l'étau administratif privait Djamal de ses Droits le conduisant ainsi vers ce geste dramatique.

Sans doute ce qui est écrit ici peut paraitre un peu excessif pour certains voire horriblement militant pour d'autres. Mais sachez que si nous aimons les belles phrases, il nous parait déterminant d'agir vite, unis, fraternellement pour enrayer la précarté généralisée. Et ce ne sont pas les journalistes à 15 000 euros par mois, les politiques inactifs sur le sujet depuis 30 ans ou les (très grands) littérateurs qui seront les meilleurs avocats de cette cause.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.