Un attentat a-t-il été déjoué ? Ou lorsque la réalité rejoint la fiction.

La presse se fait largement l’écho des envolées du Premier Ministre et du Ministre de l’Intérieur selon lesquelles nous aurions échappé de peu à un carnage perpétré dans une église par Sid Ahmed Ghlam.

En clair, elle joue à se faire peur et à nous faire peur en relayant  leur propos.

Mais sur quoi reposent ces informations ? Sur un dossier auquel personne, hors mis les fonctionnaires de police et le Procureur de la République, n’a encore accès. En tout cas, sur une enquête qui n’a encore rien démontré.

Aurait-il reçu des messages de Syrie lui enjoignant de commettre ces actes et quand bien même aurait-on retrouvé des armes à son domicile ou dans sa voiture que cela ne changerait rien.

Car il y a tout de même un gouffre entre le commencement d’exécution, qui caractérise la tentative, et le seul projet même concrétisé par des actes préparatoires, qui ne peut que qualifier le délit d’association de malfaiteurs.

Un attentat aurait été sans doute déjoué s’il avait été interpellé armé sur le parvis d’une église à l’heure de la sortie de la messe, dans la mesure où son intention aurait, alors, été matérialisée par des actes univoques, donc susceptibles d’une seule interprétation. Encore que la discussion soit encore possible à ce stade.

Le journal Libération, dans son édition du 23 avril, ne s’y est pas trompé en titrant, avec le conditionnel qui sied : « Le suspect de Villejuif aurait projeté d’attaquer des églises ». L’aurait-il fait ? Se serait-il ravisé ? Peut-être. On ne le saura jamais et c’est heureux.

 

Pourquoi alors cette dramatisation, cette extrapolation ? Pour permettre l’adoption plus aisée encore de la loi renseignement ? Sans doute. Pour enliser le peuple dans ce sentiment délétère d’insécurité et s’assurer plus encore de sa soumission ? Probablement.

Il est certain en revanche que lorsqu’une société en est à tenir pour établi ce qui n’est encore qu’un dessein, situation prophétisée par Steven Spielberg dans son film ‘Minority Report’, elle risque bien de verser irrémédiablement dans l’arbitraire et, finalement, le chaos.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.