MACRON, UN GENOU A TERRE, JUSQU’AU COU

Chronique de Juin par Dan

Macron, c’est un peu comme le Christ, c’est devenu un Concept. Sauf que Jésus serait glacé de stupeur devant le concept Macron.

Culbuté par la mobilisation en gilet jaune, bousculé par la résistance de fond à sa réforme anti-retraite, suffoqué par la mobilisation soudaine de la jeunesse, le Dictateur au petit pied de la France s’appuie sur les béquilles que lui offrent mesdames et messieurs les Opposants de toutes rives, parlementaires ou extra-parlementaires. Manivelle, tourne !

Contenu

MACRON, UN GENOU A TERRE, JUSQU’AU COU. 1

Quel « Tous ensemble » ?. 1

Pour une organisation de femmes et d’hommes libres 2

Les incitations du pouvoir au suicide. 2

Une insoutenable douleur 3

Le préfet Lallemand-Papon-Chiappe. 3

Convulsions sans fin. 4

Deux combats - Une même cause. 5

 

                    Nos grand-mères avaient leurs dictons. J’aimais bien celui-ci en particulier : « une citation, c’est comme un coup de pied au cul, faut la donner au bon moment ». Cela vaut pour cette citation de Malcolm X :

On ne peut donner un programme aux gens tant qu’ils ne se rendent pas compte qu’il leur en faut un et tant qu’ils n’ont pas compris que tous les programmes qui existent actuellement ne sont pas de nature à donner des résultats tangibles...

Je suis d’avis que si l’on donne aux gens une compréhension parfaite de leur situation et de ses causes essentielles, ils créeront eux même leur programme ; quand les gens créent un programme, il y a de l’action. Quand ces « dirigeants » créent un programme, il n’y a pas d’action."

(Extrait d’un discours prononcé le 20 décembre 1964)

Quel « Tous ensemble » ?

Ces lignes pourraient s’adresser à ces dirigeants putatifs du trotskysme réellement existant, de l’anticapitalisme extrêmement gauche qui n’anticipent rien, soucieux de garder leur statut de PME ou de TPE politiques. Bien sûr, les initiatives que prennent des sans-grades, des anonymes, des passants nous dépasseront toujours. Mais lorsque ces initiatives anonymes retentissent, obtiennent un écho de masse, ces chefs et cheftaines de la lutte de classe, cherchent à les remodeler auprès de leurs bases militantes et de la base présumée du PS et du PC.

On pourrait parler du NPA, incarnation des modes et du mode sociétal, et du Tous ensemble hétéroclyte par tous les temps, en toute saison, depuis des lustres, comme le montre ce billet :

« Alors que la date du 16 juin est maintenant installée dans le paysage comme une date nationale pour la santé, elle devrait justement être une possibilité de faire converger les mobilisations : les luttes contre les licenciements dans les boîtes comme à Choisy, ou à la Fonderie de Bretagne, des luttes dans les hôpitaux notamment des personnels précaires, les mobilisations des travailleuses et travailleurs du groupe Korian, dans la fonction publique contre les suppressions de postes.

Cela montre la nécessité la nécessité de construire l’unité la plus large pour construire ces mobilisations, mais surtout de prendre des initiatives pour faire face aux régressions sociales dont notamment l’explosion du chômage, et à l’État autoritaire, en construisant les dates du 13 juin et du 16 juin comme des dates centrales, première étape d’une riposte d’ensemble. Dans de nombreuses villes, des réunions unitaires ont lieu pour proposer des initiatives, il s’agit de s’appuyer sur elles pour construire une mobilisation nationale »[1]

 

Le serpent de mer[2] de la « Convergence des luttes » accompagne ici les tractations de Besancenot pour une nouvelle union de la gauche, qui passe par moultes débats publiques avec le triste Martinez.

Pour une organisation de femmes et d’hommes libres

Cela dit, nous croyons toujours qu’une organisation politique est nécessaire :

Une organisation politique vivace qui cherche à aider ce mouvement improvisé mais profond à « abolir l’ordre existant », à partir des revendications vitales, des aspirations les plus simples à une vie meilleure ; une organisation pour la classe ouvrière, pour la jeunesse et pour les opprimés.

Une organisation de femmes et d’hommes libres, au cœur et aux tripes libres.  

Bien entendu, si l’un des partis existants fait un pas en avant concret dans l’action, nous soutiendrons chaleureusement cela.

Quoi qu’il en soit, nous comptons sur nous-mêmes à l’image de tous ces quidams qui apprennent à compter d’abord sur leurs propres forces. Ce qui ne nous empêche pas de nous enquérir des convulsions du Landerneau politique agréé.

 

Les incitations du pouvoir au suicide

 

Avant cela, il y a ce qu’on appelle les faits divers induits par des ressortissants de ce Landerneau, tel celui-ci :

 

« Il faisait partie de ces "héros du quotidien", de ceux qu'on applaudissait le soir à 20h, de ceux qui étaient en première ligne face au coronavirus pendant le confinement. Et c'est pour le remercier de son engagement que, le 15 mai dernier, un riverain offre à un éboueur de la société Coved de la bière lors de sa tournée au Fresne-Camilly, près de Caen, dans le Calvados.

Un geste de gratitude qui sera à l'origine d'un tragique fait divers. L'éboueur après cette halte bienveillante sera contrôlé avec son co-équipier au volant de son camion par la police. "On lui aurait trouvé 0,19 g d’alcool par litre de sang", explique Ahmed Benani, délégué CFDT (…). "Puis 0,09 une heure après. Mais il n’y a aucun procès-verbal ! Et la direction, appelée sur les lieux, a laissé notre collègue terminer sa tournée. Ok, le règlement nous interdit de boire de l’alcool. Mais s’il était dangereux, il ne fallait pas le laisser reprendre le camion...". (…) "Il a reçu sa lettre de licenciement le jeudi, le vendredi matin, il a revêtu sa tenue de travail et s'est donné la mort dans le garage de ses parents" rapporte Yannick Martin, élu CGT de la société Coved.

Ses parents ont trouvé la lettre de licenciement, envoyée la veille, à ses pieds. Veuf depuis plusieurs années, il vivait chez eux et laisse aujourd'hui un fils de 18 ans ». Lire ici : https://www.midilibre.fr/2020/06/11/un-eboueur-se-suicide-car-licencie-pour-avoir-bu-deux-bieres-lors-de-son-service,8927265.php

Une insoutenable douleur

Le Landerneau peut s’en laver les mains, la société Coved est une sale taule privée. Privatisée par les décideurs politiques briqués à la ponce Pilate.

Et puis, il y a nos proches qui sont à l’article de la mort, des suites de cancer, coupables d’être âgés. Ça vient d’être un délit puisqu’ils ne peuvent plus nous voir, nous ne pouvons plus leur prendre la main, ils ne peuvent plus nous serrer dans leurs bras. Un « conseil scientifique » au garde à vous devant Véran et Salomon, l’a interdit, avec le renfort des ARS, ces CRS de la santé.

Le préfet Lallemand-Papon-Chiappe

Le Préfet Didier Lallemand, dernier rejeton de la lignée du Préfet Papon et, avant lui, du Préfet Chiappe[3] a déjà un pied dans la « résistance » des Forces de l’Ordre. Une « résistance » qui suit les flèches du pseudo –syndicat Alliance.

Évidemment, cela se passe par-dessus la tête des agents de Police dont beaucoup se sentent requis à contre-emploi, aux prises avec des directives hors-la-loi. Du coup, le Premier flic de France,  Christophe Castaner est pris en tenaille entre Lallemand et Edouard Philippe, gonflé à l’hélium des sondages.

« Je ne veux pas que la peur change de camp, que la présomption passe de celui qui trouble l’ordre public à celui qui le défend. Si nous acceptons cette facilité de l'esprit sous le coup d'une émotion légitime et partagée, la République bascule. »

Lire ici : https://videos.senat.fr/video.1650433_5ee0d5382a75d.seance-publique-du-10-juin-2020-apres-midi?timecode=1335000.                

 

Castaner, tétanisé par la lame de fond de la lutte de la jeunesse, a manœuvré en retrait et piaffé : « Les manifestations pour George Floyd ne sont "pas autorisées dans les faits" mais "il n'y aura pas de sanctions". La main sur ce qui lui sert de cœur, Castaner a dit « comprendre l’émotion ».

Lire ici : https://twitter.com/i/status/1270245098945687554

 

Convulsions sans fin

Surgit alors Eric Naulleau, l’ancien de la bande à Ruquier, qui fait feu sur les « People » : « Adama Traoré: d’une interrogation légitime à l’insupportable parade de vertu des people»[4].

Bien sûr, cet affable révérencieux comprend que l’on puisse se poser des questions  sur les circonstances de la mort d’Adama Traoré. Naulleau se défie des bons sentiments. Il les troque volontiers contre son ressentiment. Pour le reste, ces People qui meublaient les émissions de Ruquier-Zemmour-Naulleau sont toujours les bienvenus tant qu’ils ne deviennent pas vraiment People.

Nous le savons, les People montent sur l’estrade lorsque les chefs des organisations ouvrières et démocratiques se dérobent (Voir plus haut). Et Pendant que les Naulleau se liment les ongles pour tromper l’ennui. Alors, les faits et gestes des artistes et autres célèbres leur semblent insupportables.

Faisons tourner la roue de l’infortune. Ça tombe sur Le Gendre !  

 « Selon l’hebdomadaire [Marianne], [Gilles Le Gendre] aurait adressé « fin mai » des « notes de travail » à Emmanuel Macron pour proposer des pistes de casting gouvernemental en cas de remaniement. Le patron du groupe majoritaire propose notamment un remplacement du premier ministre, Edouard Philippe, à Matignon. Il cite les noms de deux « favoris » pour lui succéder : le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui « saura gérer la majorité » mais « appuiera peu l’élan que nous souhaitons donner », et le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, qui « porterait parfaitement la reconstruction », malgré un « faible charisme ». Au passage, M. Le Gendre se permet de critiquer le chef du gouvernement, avec lequel il entretient des relations glaciales depuis de longs mois, en regrettant qu’il se « garde bien d’intervenir dans les affaires de la majorité ».

S’il ne voit « aucun candidat crédible » pour Matignon au sein de son groupe, M. Le Gendre aurait suggéré par ailleurs de nommer Manuel Valls – qualifié de « cas complexe » – au Quai d’Orsay, Christophe Castaner à la défense, Gérald Darmanin aux affaires sociales, Marc Fesneau à l’agriculture… Quant à Sibeth Ndiaye, il plaide pour un départ. M. Le Gendre se propose lui-même de la remplacer au poste de porte-parole du gouvernement, tout en héritant… du ministère des relations avec le Parlement. » [5]

Ce chef du groupe parlementaire LREM est aussitôt mis sur le grill par ses chers collègues qui le prient de prendre la porte. Comme si LREM n’était pas déjà assez fracturé comme ça. Comme si Macron n’était pas déjà assez fracassé ainsi… et devenu à moitié idiot.

L’étoile jumelle ou symétrique de Macron, l’intarissable Jean-Luc Mélenchon, devient donc à son tour à moitié idiot. Qu’on en juge :

« 8 minutes 46 à genou, cela donne le temps de se rendre compte de la cruauté du policier meurtrier de George Floyd. » No comment.[6]

Deux combats - Une même cause

 Face à ces danses du ventre, Assa Traoré garde le cap :

« Le ministre de la Justice a contacté notre avocat (…) pour nous rencontrer.

Sauf qu’aujourd’hui, le ministre de la Justice ne doit pas rencontrer la famille Traoré mais le ministre de la Justice doit rencontrer le procureur. On rappelle qu’il y’a séparation entre l’État et le Justice. On ne demande pas que les discussions se fassent dans un salon de thé de l’Elysée mais on demande que les actes judiciaires soient faits. On demande depuis le début que les gendarmes soient mis en examen. La ministre de la Justice doit convoquer le procureur (…) et demander la mise en examen des gendarmes »  Lire : https://twitter.com/i/status/1270300609670000640

De la même manière, les 600 médecins gardent leur cap.

A l’heure où nous interrompons notre chronique : 523 350 ont signé.

https://www.change.org/p/onoublierapas-plaintecovid-nous-soutenons-les-m%C3%A9decins-qui-attaquent-e-philippe-et-a-buzyn-en-justice?utm_content=cl_sharecopy_21000848_fr-FR%3Av3&recruiter=242258691&recruited_by_id=bd2ceee4-2af8-4876-8e20-4410f80ee0b2&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=ff174ba963f347a7a6b41b8630061ddd&use_react=false

Deux combats distincts, une même cause !

 

 

 

 

 

[1]https://www.npa2009.org/actualite/societe/face-aux-violences-policieres-gouvernementales-et-patronales-nos-coleres

 [2] Le serpent de mer est le concurrent marin du Dragon- Entre autres mythes épiques.

[3] Jean Chiappe – Préfet de police de Paris – de 1927 à 1934, il a organisé la répression anticommuniste le plus féroce, il freiné l’instruction de l’affaire Stavisky tout en cherchant à tirer les marrons du feu pour l’extrême droite monarchiste 

[4] https://www.lefigaro.fr/vox/societe/adama-traore-d-une-interrogation-legitime-a-l-insupportable-parade-de-vertu-des-people-20200610

 [5] https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/06/08/assemblee-nationale-gilles-le-gendre-affaibli-pousse-vers-la-sortie-par-des-deputes-lrm_6042150_823448.html

 [6] https://twitter.com/JLMelenchon/status/1270399227898798085

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.