La valeur de l'échange

Je pense aussi à vous, l’équipe de l’Elan Retrouvé, qui, dans cette période si difficile, êtes encore là, à créer du lien. Je sais que vous avez des proches, une famille… Que cela ne doit pas être facile pour vous. Mais pourtant vous ne nous lâchez-pas. Par le biais du téléphone, et de ce blog, je me sens un peu moins seul. Alors un grand merci à vous aussi



La valeur de l’échange.

 

Parfois c’est quand on perd une chose qu’on se rend compte de sa vraie valeur. Aujourd’hui un petit microbe, un virus « couronné », donne une leçon à l’humanité toute entière. Rien de moins.

Plus de 3 milliards de personnes se retrouve confinées et privés de leur 6bertés fondamentales. Le droit de circulation : à la trappe ! Il en va de même pour le droit de réunion, de manifestation… Ce petit virus porte une bien grande couronne pour piétiner ainsi les droits humains. Mais ce n’est pas le pire.

Le pire c’est tous ces gens qui meurent, et dont on ne peut célébrer les funérailles. Ces femmes qui accouchent seul, sans la présence de leurs conjoints. Ces Sdf réduits encore d’avantage à l’état d’animaux, enfermés dehors (plus de toilettes publiques, moins d’aide alimentaire). Et que dire des réfugiés de Moria ou d’ailleurs, que nous n’avons su accueillir, et qui croupissent dans des camps à la salubrité innommable. Les prisonniers qui subissent une double peine ? Quand est-il de nos frères et sœurs qui moisissent sur la colline du crack à la chapelle ?

3 milliards de confinés : Et moi et moi et moi ?

Trop de moi justement dans ce confinement. J’en ai marre de ma gueule et je commence sérieusement à ne plus supporter de cohabiter avec ce-moi si relou : grincheux, dépressif, excessif, anxieux, révolté, inconstant, inconsistant, obsessionnelle, compulsif et j’en passe...

« L’enfer c’est les autres » disait le philosophe. Mais pire que l’enfer il y a peut-être le Néant.

Alors je mesure pleinement la valeur de l’échange. Vous me manquez mes camarades de thérapie ! Quel bonheur de pouvoir partager sans jugement et dans la bienveillance. Vous êtes de ceux qui, comme moi, savent ce qu’est l’horreur de la souffrance psychique. Cette souffrance « non visible », est forcément « mal vue ». A tel point que même mes proches ne la comprennent pas toujours. Vous, vous savez. Je le sens chaque fois que je vous vois. Merci à vous…

Je pense aussi à vous, l’équipe de l’Elan Retrouvé, qui, dans cette période si difficile, êtes encore là, à créer du lien. Je sais que vous avez des proches, une famille… Que cela ne doit pas être facile pour vous. Mais pourtant vous ne nous lâchez-pas. Par le biais du téléphone, et de ce blog, je me sens un peu moins seul. Alors un grand merci à vous aussi !

A très bientôt,

Damien

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.