Billet de blog 3 déc. 2021

Candidatez au Prix de thèse 2022 de la transition écologique, juste et solidaire

Vous avez écrit une thèse en faveur d’une transition écologique, juste et solidaire ? À vos candidatures ! Vous avez jusqu'au 10 janvier 2022. Visant à améliorer les actions des acteurs concernés en France, la thèse doit avoir traité des enjeux de transition écologique avec une attention aux situations d’inégalités, afin de favoriser la justice sociale et environnementale.

Fondation Terre Solidaire
Fondation reconnue d’utilité publique et abritante, à but non lucratif
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Fondation Terre Solidaire lance la 2e édition de son Prix de Thèse en faveur d’une transition écologique, juste et solidaire. Trois lauréats seront sélectionnés par un jury pluridisciplinaire composé de chercheurs et d’acteurs, et présidé par l’économiste Gaël Giraud.

Face à la crise écologique, économique et sociale, la Fondation Terre Solidaire participe à la construction d’une société qui conçoit le progrès et le développement économique et social d’une façon respectueuse de la nature, des femmes et des hommes, et des limites planétaires. Pour cela elle soutient des expérimentations de terrain, des études ou des partages d’expériences qui, à leur niveau, cherchent à inventer de nouvelles façons de produire, de consommer, de travailler et de vivre ensemble.

La Fondation Terre Solidaire offre un Prix pour récompenser des travaux de thèse contribuant à améliorer les réflexions, réalisations et solutions des acteurs concernés par la mise en œuvre d’une transition écologique, juste et solidaire en France. Ce prix vise à encourager de récents docteurs ayant réalisé leur thèse, tous secteurs disciplinaires confondus, en partenariat avec des acteurs de la transition écologique (associations citoyennes, mouvements sociaux, syndicats, organisations de l’économie sociale et solidaire, collectivités, organismes publics, etc.) ou ayant fait l’effort de dégager des enseignements pour l’action à partir de leurs travaux doctoraux. Leur recherche doit avoir traité d’enjeux relatifs à la transition écologique, dans le contexte français, avec une attention aux situations d’inégalités ou de discriminations afin de favoriser la concrétisation des objectifs de justice et de solidarité. Le jury sera particulièrement attentif au potentiel transformatif (ou aux savoirs transformatifs) que les candidats pourront faire ressortir de leurs travaux.

Les critères de participation

Le Prix est ouvert aux docteur·e·s ayant soutenu leur thèse entre le 1er janvier 2018 et le 31 juillet 2021, dans toutes les disciplines scientifiques (sciences de la vie et de l’environnement, sciences sociales, sciences de l’ingénieur, sciences physiques et de l’Univers, etc.).

Les thèses doivent concerner le contexte français métropolitain et/ou d’Outre-mer, tout en pouvant inclure une ouverture à l’échelle européenne, ou des recherches complémentaires dans d’autres pays (y compris hors Europe), par exemple à titre comparatif.

Les travaux des candidats doivent remplir de façon cumulative les trois critères suivants :

  • Traiter d’enjeux relatifs à la transition écologique.

Notion qui, pour la Fondation Terre Solidaire, concerne tous les secteurs et activités de nos sociétés en incluant des dimensions techniques, ingéniériques, socio-économiques, environnementales, sociétales et politiques.

  • Inclure une attention aux situations d’inégalités ou de discriminations générées ou aggravées par les dérèglements écologiques et climatiques.

Pour la Fondation Terre Solidaire, la transition écologique doit aussi être juste et solidaire. Le traitement de ces questions par les candidats doit contribuer à favoriser la compréhension et la concrétisation des objectifs de justice, de solidarité et de participation dans les processus de transition écologique.

  • Avoir été menés en partenariat avec des acteurs ou avoir produit des enseignements pour l’action.

Les acteurs pouvant être des associations citoyennes, syndicats, organisations de l’économie sociale et solidaire, collectivités, organismes publics, etc.

La Fondation est particulièrement attentive au potentiel transformatif (ou aux savoirs transformatifs) que pourraient avoir ces travaux vis-à-vis de ces acteurs.

Retrouvez toutes les modalités de participation et de sélection sur le site dédié au prix.

Les dossiers de candidature complets doivent être déposés sur le site au plus tard le 10 janvier 2022.

Dans un premier temps, le jury, composé de chercheurs et d’acteurs et présidé par l’économiste Gaël Giraud, opérera une pré-sélection en évaluant les meilleurs « 4-pages ». Dans un second temps, les autres documents des candidats ainsi présélectionnés feront l’objet d’une lecture pour départager les meilleurs travaux.

Modalités de mise en valeur des travaux

  • Les trois lauréats sélectionnés seront invités à recevoir leur prix durant une cérémonie à Paris, durant laquelle ils présenteront leurs travaux qui seront discutés par des membres du jury.
  • Les lauréats bénéficieront d’un accompagnement journalistique pour mieux valoriser leurs travaux dans les médias.

Composition du jury

  • Gaël Giraud, économiste, Président du jury
  • Dorothée Browaeys, Présidente de TEK4life ;
  • Jacqueline Candau, Sociologue ;
  • Dominique Dron, Haut-fonctionnaire au Conseil Général de l’Economie, ex-coorganisatrice du Grenelle de l’Environnement
  • Florence Denier-Pasquier, Vice-présidente de France Nature Environnement ;
  • Chahin Faïq, Animateur vie coopérative – Biocoop ;
  • Didier Goubert, Ingénieur solidaire ;
  • Eloi Laurent, Economiste ;
  • Jane Lecomte, Professeure et chercheure en écologie ;
  • Paulo-Serge Lopes, Administrateur du Réseau Action Climat, Chargé de mission en collectivités urbaines
  • Véronique Lucas, Sociologue rurale
  • Marie-Antoinette Melières, Physicienne et climatologue ;
  • Serge Pélissier, Docteur en Génie électrique ;
  • Geneviève Savigny, Agricultrice ;
  • Valérie Tabart, Élue locale et régionale ;
  • Bruno Villalba, Professeur et chercheur en sciences politiques.

Pour en savoir plus, c’est par ici !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica