Remarques à chaud sur le congrès de Reims

Dimanche 16 novembre, 10 hL’intéressant avec les socialistes c’est qu’ils laissent des traces écrites : leurs motions. Et, au contraire des motions des Verts qui, sont des orientations stratégiques résumées sur une page A4 recto-verso, les motions des socialistes sont copieuses mêlant orientation stratégique, ligne et programme politiques et même, pour la motion F, horizon politique.

Dimanche 16 novembre, 10 h

L’intéressant avec les socialistes c’est qu’ils laissent des traces écrites : leurs motions. Et, au contraire des motions des Verts qui, sont des orientations stratégiques résumées sur une page A4 recto-verso, les motions des socialistes sont copieuses mêlant orientation stratégique, ligne et programme politiques et même, pour la motion F, horizon politique.

Ce qui est fascinant avec beaucoup de dirigeants socialistes, c’est qu’une fois les motions positionnées par le vote des militants, toutes les synthèses (mot magique) semblent possibles même entre la carpe Delanoé (motion A) et le lapin Hamon (motion C) que presque tout sépare.

Ce matin, drame, pas de synthèse nous dit Hollande, le grand cuistot qui avec sa tambouille prive depuis plus de dix ans le pays d’un Parti socialiste crédible. Bonne nouvelle si elle se confirme et si elle se traduit par une double candidature Royal contre Hamon pour le poste de secrétaire.

La crise est bien là et en l'absence de plan de relance risque de s'installer durablement. Alors le choix du secrétaire du PS n'a pas l'importance qu'on lui prête. Ce qui est important c'est le travail de clarification des horizons et lignes politiques à gauche. En avance, le NPA et, maintenant, le Parti de la Gauche (PG) en cours de construction par d’anciens membres du Parti socialiste de la motion C (Mélenchon, Dollez,...).En retard le PS et les Verts. La logique des motions voudrait, en l'absence de synthèse, un vote entre Royal et Hamon. Cela permettrait de distinguer clairement le rapport des forces entre une volonté de recentrage à gauche sans compromission sur l'Europe et avec l'horizon politique proposé par la motion F et la ligne de construction d'un grand parti "de centre gauche" portée par Royal, Delanoé ayant perdu.

La confusion actuelle est en grande partie due à la motion D (Aubry et Fabius) qui, comme je l'ai dit dès le début, n'a pas dépassé dans son texte l'opposition sur le référendum, affiche un discours de gauche sans se prononcer clairement sur l'Europe rappelant les synthèses à la Hollande, et n'est en fait qu'une combinaison anti Royal.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.