Peut-on tout tolérer au nom de la "liberté d'expression" ?

Pour les publicitaires de tous bords, la nouvelle icone fun c'est... Adolf Hitler. Un salaud fédérateur pour faire parler (lisez vendre) une cause, un pantalon, ou une chaîne de télé.pub-rasayana-tea-si-hitler-avait-bu-the-L-2.jpeg

Une "icône" mondiale immédiatement perçue par tous un peu comme le logo d'une marque de soda ou de hamburgers. Un "must" qu'on nous présente comme un looser repoussoir...mais tellement banal qu'on en oublierait ses crimes.

Ceux-ci, qui n'ont pas peur de choquer, parce "c'est de l'art coco !", s'adressent aux jeunes de 7 ans en occultant ceux qui il y a 77 ans ont vu la montée du nazisme. Ils font certainement aussi le jeu des militants des ordres noirs, des pogroms et de la dictature en s'abritant derrière ce paravent qu'est "la liberté d'expression".

La banalisation de l'auteur entraîne t'elle la banalisation de ses actes ?

Peut-on tout tolérer au nom du droit de chacun à s'exprimer librement et sans contraintes ?

Et si demain, on nous faisait apparaitre Marine Le Pen comme une démocrate ?

Serval

PS: le slogan, pas très lisible sur l'illustration de cette pub pour du thé (?!) est :" Soyez en paix avec le monde"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.