LETTRE OUVERTE d’UNION GENERALISTE A ROSELYNE BACHELOT, Ministre de la Santé

Madame la Ministre, La grippe A H1N1 mobilise à juste titre tous les systèmes de santé et leurs responsables.On sent bien que devant le danger de la contagion vous allez redécouvrir la place des médecins généralistes libéraux auprès des leurs patients sur tout le territoire français. Peut-être à cette occasion vous apparaîtra pleinement la médiocrité des moyens mis à leur disposition pour accomplir leur tâche au quotidien.

RBN.jpgMadame la Ministre,

 

La grippe A H1N1 mobilise à juste titre tous les systèmes de santé et leurs responsables.
On sent bien que devant le danger de la contagion vous allez redécouvrir la place des médecins généralistes libéraux auprès des leurs patients sur tout le territoire français. Peut-être à cette occasion vous apparaîtra pleinement la médiocrité des moyens mis à leur disposition pour accomplir leur tâche au quotidien.

Avec 2.9% des 200 milliards d’euro consacrés à la santé ils sont les pivots du système de santé et ont la charge de la permanence des soins sur tout le territoire. Pour comparaison, la gestion de la sécurité sociale consomme à elle seule le double de cette somme.

 

Plus grave encore: tant au niveau de la permanence des soins que dans toute autre mission de service public où ils sont conviés de gré ou de force, ces médecins ne sont couverts par aucune assurance réelle et identifiable. Dans le même temps ils encourent un risque médicolégal maximal et sont l’objet de violence parce que seuls et vulnérables.

 

 

 

 

 

GP2.jpgMadame la ministre de la santé, pour vous la tentation va sans doute être grande, tout à l’heure ou demain matin de remettre à l’honneur la visite à domicile que vous avez jusqu’ici combattue pour des raisons économiques.
Vous savez sans doute que les petits soldats généralistes sont armés d’un kit grippe aviaire périmé et n’ont même pas accès, dans la pharmacie la plus proche, à une boîte d’antiviral. Ils savent que vous avez dans vos cartons de grands plans de mobilisation dont ils ont été et sont toujours tenus soigneusement éloignés.

 

On pense pour eux en haut lieu. Cette situation symbolise la place des médecins généralistes dans le projet santé du ministère, mais aussi témoigne de l’estime des pouvoirs publics à leur égard.

 

Comment allez vous mobiliser de nouveau ces petites mains du monde de la Santé ? Allez-vous leur rappeler leurs devoirs de médecin ? Leur relire le serment d’Hippocrate ? Allez-vous lancer à leurs trousses les procédures CPAM des contrôles punitifs ? Allez-vous multiplierer les réquisitions préfectorales ? Peut-être un C «généreusement» porté à 22.50 euro dès le mois de juillet 2010 ?

 

Madame la ministre, l’époque est propice à une mise en lumière de l’atrophie conceptuelle dont souffre le futur de cette profession. Le monde hospitalier se taille la part du lion dans un budget santé à enveloppe constante avec un argumentaire électoral sans faille.
Ce soir, demain après-demain, vous voulez des médecins généralistes disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, infatigables, économes et n’ayant besoin de rien pour continuer à répondre aux questions de santé des électeurs. Le mouvement perpétuel remis à l’honneur dans le maillage territorial pseudo libéral de la santé.

 

Madame la Ministre de la santé, le récent rapport de l’OMS demande aux politiques un investissement massif sur les soins primaires. La loi HPST semble ignorer la réalité économique de la médecine générale et se contente d'inscrire ses missions sans en donner les moyens.
Les médecins généralistes ne veulent pas disparaître. Cette épidémie va démontrer leur nécessité vitale. Vous avez une dernière occasion de valoriser la médecine générale.

 

Madame la Ministre ne la ratez pas.

 

LOGO_UG.jpg
Ce texte repris de façon collégiale par les médecins du nouveau syndicat UNION GENERALISTE a été initié par le Docteur Guillemette REVEYRON qui en en a rédigé le premier jet et que nous tenions à remercier ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.