Billet de blog 13 août 2015

Vaccins, responsables politiques et santé publique

« Un logiciel contre les médecins anti vaccins pouvait-on lire récemment dans le journal du dimanche (JDD)... » Et d’apprendre que certaines CPAM et PMI se sont associées aux laboratoires GSK pour identifier ces « réfractaires » dans l’Hérault, la Corrèze, les Yvelines ... et qu’ils devraient recevoir à ce sujet la visite de délégués de l’assurance maladie (DAM).

Marcel Garrigou-Grandchamp
Médecin Spécialiste en Médecine Générale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Un logiciel contre les médecins anti vaccins pouvait-on lire récemment dans le journal du dimanche (JDD)... » Et d’apprendre que certaines CPAM et PMI se sont associées aux laboratoires GSK pour identifier ces « réfractaires » dans l’Hérault, la Corrèze, les Yvelines ... et qu’ils devraient recevoir à ce sujet la visite de délégués de l’assurance maladie (DAM).

Cette initiative risque fort de ne pas atteindre son objectif, voire d’être responsable d’un rejet pur et simple ! Ainsi ma consœur d'Ile de France, responsable de la Fédération des Médecins de Farnce (FMF), Patricia Lefebure n’est pas « agacée » comme le rapporte Laure Barret du JDD, mais bien indignée de voir la santé publique à la remorque de l’industrie pharmaceutique.

Ne pas oublier les fondamentaux, les patients se vaccinent pour eux-même mais également pour les autres et qu’en ce qui concerne la santé publique ce sont les politiques qui légifèrent sous le conseil d’experts qui délivrent leurs avis. Mais ces dernières années ce sont bien les responsables politiques, et parmi eux, ceux en charge de la santé dons notre pays, qui ont fait le plus grand mal à la santé publique en matière vaccinale !

Pour mémoire je citerai :

  • La calamiteuse campagne pour la grippe H1N1 menée par Roselyne Bachelot,
  • La méconnaissance des fondamentaux (la loi ! ) par la ministre actuelle, Marisol Touraine, venant déclarer sur une chaine d’infos (Emission de Jean-Jacques BOURDIN sur BFM TV) que la vaccination DTP n’est pas obligatoire !
  • Les débats récurrents sur les complications attribuées aux adjuvants et les myélites à la vaccination contre le VHB.
  • Les ruptures de stock notamment sur les vaccins les moins chers : « le TETRAVAC ou l'INFANRIXTETRA à 14,06 € sont en rupture mais pas le REPEVAX ou le BOOSTRIXTETRA à 24,13 € »
  • La surévaluation annuelle des décès attribués à la grippe.
  • La survaccination (commerciale ?) où l’on apprend à posteriori que 2 injections initiales (au lieu de 3) de vaccins contre l’hépatite B sont nécessaires, 1 rappel DTP tous les 20 ans entre 25 et 65 ans (quand il était recommandé tous les 10 ans) ... sont même évoqués une vaccination anti grippale tous les 2 ans et une diminution du nombre d’injections pour la protection des jeunes filles contre les HPV.
  • L’absence de prise en charge par l’assurance maladie de certains vaccins (hépatite A, Typhoïde, Méningo-encéphalite à tiques, encéphalite japonaise...)

Les médecins en exercice auraient déjà du mal à « recevoir la leçon » de leurs collègues du service médical, alors venant de DAM, personnel sans formation médicale, le rejet risque d’être total !

Une véritable politique de santé publique passe par une analyse précise de la situation, et apparemment il y aurait une couverture vaccinale insuffisante pour la Rougeole ainsi qu’un déficit en rappel pour la coqueluche des adultes jeunes.

Les MG réclament depuis longtemps une consultation annuelle pour les adultes consacrée exclusivement à la prévention : vaccinations, dépistage du cancer colo-rectal, du cancer du sein, des addictions ... Il serait peut être temps de la mettre en place !

L’alternative serait de revisiter la législation en rendant obligatoire les vaccinations contre la Coqueluche avec rappel à l’âge adulte, et les 2 injections de ROR dans l’enfance, et ce lors de la fréquentation des crèches, assistantes maternelles et pour la scolarisation.
Peut être suivre l’exemple américain exposé dans le JIM où l’on observe qu’il faut centrer la COM sur les risques de l’absence de vaccination plutôt que sur les bénéfices de la vaccination.

Dr Marcel GARRIGOU-GARNDCHAMP, Lyon 3è, CELLULE JURIDIQUE FMF

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent