Billet de blog 20 avr. 2011

Marcel Garrigou-Grandchamp
Médecin Spécialiste en Médecine Générale
Abonné·e de Mediapart

Taxe pour absence de télétransmission et prime informatique, pour ces Parlementaires qui ont la mémoire courte

A propos de la taxe sur les feuilles de soins papier ou ces médecins qui osent refuser de télétransmettre leurs factures de soins, Madame Catherine LEMORTON, pharmacienne, Député du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, membre de la commission des Affaires Sociales a récemment déclaré au cours des débats: « … De même, je rappelle que les médecins, pour nombre d’entre eux, il y a quelques années, ont reçu un chèque pour s’équiper en matériel informatique. Certains ont empoché le chèque sans pour autant s’équiper…» sans qu'aucun de ses collègues Député n'intervienne !

Marcel Garrigou-Grandchamp
Médecin Spécialiste en Médecine Générale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A propos de la taxe sur les feuilles de soins papier ou ces médecins qui osent refuser de télétransmettre leurs factures de soins, Madame Catherine LEMORTON, pharmacienne, Député du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, membre de la commission des Affaires Sociales a récemment déclaré au cours des débats: « … De même, je rappelle que les médecins, pour nombre d’entre eux, il y a quelques années, ont reçu un chèque pour s’équiper en matériel informatique. Certains ont empoché le chèque sans pour autant s’équiper…» sans qu'aucun de ses collègues Député n'intervienne !

Des anciens de 1995 devaient pourtant être présents et se souvenir que la réalité était tout autre et ils pouvaient corriger ces propos diffamatoires à l'encontre du corps médical.

Les Parlementaires ont la mémoire courte et je me dois de le rappeler à tous ceux qui ont oublié les ordonnances JUPPE de 1995 qui ont lourdement pénalisé les médecins

- Par la suspensions de la prise en charge partielle par l'assurance maladie des cotisations URSSAF des médecins conventionnés en secteur 1 en 1996, mesure évaluée à l'époque à 530F/mois et par médecin ce qui représentait près de 73 millions d'euros pour 75 000 médecins !

- Par une pénalité équivalent à l'affiliation au régime général pour les médecins en secteur 2, mesure évaluée à l'époque à 1 600F/mois et par médecin ce qui représentait près de 67 millions d'euros pour 23 000 médecins !

Soit un total de 140 millions d'euros ponctionnés sur la trésorerie des médecins!

Ces sommes ont servi partiellement à alimenter un fond pour l'informatisation le FORMMEL et selon un rapport d’information fait au nom de la commission des Finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation sur l’informatisation dans le secteur de la santé par le sénateur Jean-Jacques JÉGOU le 3 novembre 2005 :

« ... En 1998, les dépenses pour les actions d’accompagnement de l’informatisation des cabinets médicaux se sont élevées à 62,2 millions d’euros (à l’époque, 408 millions de francs) sur les 140 collectés auprès des médecins et ont pris la forme du versement d’une aide de 1.372 euros (9.000 francs) aux praticiens concernés. En 1999, il restait un reliquat de dépenses pour ces actions d’accompagnement de 4,25 millions d’euros (27,9 millions de francs).
Il convient toutefois de souligner que l’aide à la cessation anticipée d’activité des médecins de plus de 60 ans a absorbé la quasi-totalité des dépenses du FORMMEL en 2004 (130,3 millions d’euros sur 130,4 millions d’euros, le reliquat étant consacré à favoriser l’installation de médecins dans les zones déficitaires en matière d’offre de soins)...
»

En conséquence les médecins qui ont touché cette supposée "prime"ont seulement récupéré une partie de l'argent qui leur avait été ponctionné !

J'ajoute qu'à l'époque les Députés ont reçu également une prime à l'informatisation d'un montant 10 fois supérieur ce qui m'avait fait écrire que les «parlementaires devaient probablement avoir eux des ordinateurs en platine ! »

Et qu'aujourd'hui encore les Sénateurs perçoivent chaque mois une prime de 1 000€ pour leur informatisation ce qui leur permet de s'offrir 1 PC chaque mois !

[le Sénat, enquête sur les superprivilégiés de la République (éditions du Rocher), rédigé par Robert Colonna d’Istria et Yvan Stéfanovitch. ]

Voilà mesdames et messieurs les Députés la réalité des chiffres !

Dr Marcel GARRIGOU-GRANDCHAMP, LYON 3è, élu URPS RA, Président d'UNION GENERALSITE - FMF Rhône Alpes

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens