Quand Lemorton «pète les plombs»

«  Calomnions, calomnions, il en restera toujours quelque chose ! » C'était dans l'émission «carrément Brunet» d'Eric BRUNET le 20 juin 2014, consacrée au futur et lointain (2017) projet de Marisol TOURAINE: le tiers-payant généralisé et obligatoire chez les médecins. Diverses personnalités sont intervenues au téléphone dont Catherine LEMORTON, pharmacienne, députée PS de Haute-Garonne, présidente de la commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale.

«  Calomnions, calomnions, il en restera toujours quelque chose ! » C'était dans l'émission «carrément Brunet» d'Eric BRUNET le 20 juin 2014, consacrée au futur et lointain (2017) projet de Marisol TOURAINE: le tiers-payant généralisé et obligatoire chez les médecins. Diverses personnalités sont intervenues au téléphone dont Catherine LEMORTON, pharmacienne, députée PS de Haute-Garonne, présidente de la commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale.

lemorton.jpgLa relation médecin-patient: Pour Catherine LEMORTON: « c'est une relation de subordination » !

A propos de la médecine libérale, Eric BRUNET faisant remarquer: «..les médecins soignent, on n'a jamais laissé mourir personne en France... » 

Catherine LEMORTON répond: «...dans les hôpitaux publics je peux dire que oui, et je n'en dirai pas plus ...»

Et de se rétracter pour le QDM quelques jours plus tard en disant «...qu'elle n'avait jamais dit que les médecins libéraux laissaient mourir les patients... » ! Certes cela n'a pas été dit mais habilement suggéré avec une parfaite maîtrise de la calomnie et de la désinformation. Et il suffit d'aller sur le site internet de la députée, il y a même le lien de téléchargement du podcast de l'émission (écoutez un peu après la 18è minute).

Je constate qu'elle utilise les mêmes techniques de calomnie et de diffamation que les adversaires politiques qu'elle prétend combattre sur son propre site internet !

Il s'agit là de propos indignes et insultants pour les professionnels de santé, tenus par un haut responsable politique en charge de responsabilités en matière de santé. Ils dénotent une méconnaissance totale du système de santé (place de la médecine libérale dans les soins donnés aux français), mais aussi de son évolution au cours du temps notamment en ce qui concerne la relation médecin-malade au XXIè siècle qui est volontairement salie par de telles déclarations.

Non madame la députée, heureusement la relation soignant-soigné n'est pas une relation de subordination mais une relation de confiance, sans rapport de force, conforme à la Déontologie médicale qui honore cette profession, sauf peut être dans vos rêves pour une médecine administrée et asservie, celle que vous envisagez pour nos concitoyens ! «...trop de souffrance, pas assez d'espérance, telle est la situation de la France...» a dit dans un autre contexte votre premier ministre lors de son discours de politique générale à l'Assemblée. Cela illustre parfaitement l'état de notre système de santé et notamment de son secteur libéral malmené par 30 ans de politiques destructrices dont vous n'avez pas le leadership, la droite a sa part de responsabilités avec les plans SEGUIN, JUPPE ou DOUSTE BLAZY ! 

Vos propos sont également humiliants envers les patients et ringards. Nous ne sommes plus au XIXè siècle et aujourd'hui ils ont accès aux connaissances et au savoir médical via les médias modernes. Le médecin a en face de lui un patient informé et "éclairé" et non un "subordonné", capable s'il le souhaite de décider avec le médecin. Et l'exemple des maladies orphelines est emblématique, le médecin ayant un patient parfois mieux informé que lui sur sa maladie ! Sans la confiance que resterait-il de cette relation de soins ? 

Votre persifflage est un véritable effet nocebo pour les patients et les malades.

Et que penser de vos sous-entendus quant à la médecine libérale si ce n'est qu'ils sont diffamatoires ? Observez les données de l'IRDES ci-dessous qui montrent la part des entreprises médicales (hospitalisation, médecine de ville, dentistes, auxiliaires médicaux, transports sanitaires...) qui assurent les 2/3 de la prise en charge médicale des français. 

ConsoMedTotPourcent.gif

A ces femmes et ces hommes qui se dévouent tous les jours leur répèteriez-vous en face: «...et je n'en dirai pas plus ...» ? 

Aux françaises et français qui font massivement confiance à leurs médecins, répèteriez-vous en face: «... et je n'en dirai pas plus ...» ?

L'hôpital public est vertueux et la médecine libérale est «...je n'en dirai pas plus ...», les députés de gauche sont parés de toutes les vertus et ceux de droite de «...je n'en dirai pas plus ...»

Je vous conseille plus d'humilité madame LEMORTON, de grandes réformes sociales en matière de santé sont à mettre au crédit de la droite comme la contraception ou l'IVG. Mais la CSG est un prélèvement de la gauche (gouvernement ROCARD) et les "affaires" de l'actuelle majorité n'ont rien à envier à celles de la précédente que ce soit en matière de patrimoines dissimulés, de comptes secrets en Suisse ou à Singapour, de conflits d'intérêts majeurs ou de bottines cirées sur le lieu de travail, fut-il prestigieux !

Ces déclarations ont déclenché un concert de protestation légitimes chez les médecins libéraux et leurs représentants. (communiqué de la FMF)

Députée et pharmacienne, présidente de la commission des affaires sociales à l'Assemblée Nationale, votre rôle est théoriquement d'écrire les lois. Encore faudrait-il qu'à titre personnel vous les respectiez !

Je fais ici référence à la Déontologie professionnelle reprise dans le code de la santé publique. Aussi, je me permets de vous rappeler, madame la Députée, que vous avez par vos déclarations transgressé l'un comme l'autre:

Article R4235-31 du code de la santé publique reprenant l'article 31 du code de déontologie des pharmaciens:

« Les pharmaciens doivent entretenir de bons rapports avec les membres du corps médical, les membres des autres professions de santé et les vétérinaires et respecter leur indépendance professionnelle...»

Mais comme le disait avec ironie Eric BRUNET lors de l'émission «...vous, vous êtes parfaite madame LEMORTON...» !

Dr Marcel GARRIGOU-GRANDCHAMP, Lyon 3è, FMF Cellule Juridique

 PS1: mme LEMORTON est un habituée de la désinformation, en 2011 débat à l'Assemblée à propos de la taxe sur les FSE pour les médecins qui ne pratiquaient pas la télétransmission elle avait déclaré en séance: Mme Catherine Lemorton «…par rapport à d’autres professionnels de santé qui non seulement télétransmettent mais pratiquent le tiers payant. Il y a par conséquent deux poids, deux mesures. De même, je rappelle que les médecins, pour nombre d’entre eux, il y a quelques années, ont reçu un chèque pour s’équiper en matériel informatique. Certains ont empoché le chèque sans pour autant s’équiper...»

Ce qui est bien entendu totalement faux les médecins ayant été pénalisés auparavant par le plan JUPPE pour cela et la pénalité assise sur le chiffre d'affaire était généralement bien supérieure à la "prime informatique" !

PS2: A propos du tiers payant obligatoire vous pouvez consulter:

http://blogs.mediapart.fr/edition/quoi-de-neuf-docteur/article/220614/alors-demain-ne-vous-payera-plus-docteur

http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2014/06/26/tiers-payant-generalise-chez-le-medecin-ce-que-cache-l-effet-901247.html

 PS3: voir aussi LEMORTON en commission à propos de la PDS et la médecine pénitentiaire : "salauds" de généralistes !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.