Racontez-nous le socialisme de marchés

Ce week-end, de vendredi à dimanche, les militants socialistes seront sur les marchés pour convaincre les sympathisants de gauche de voter oui à la question suivante : « Face à la droite et l’extrême droite, souhaitez-vous l’unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales ? » Si vous les croisez, racontez-nous.

Ce week-end, de vendredi à dimanche, les militants socialistes seront sur les marchés pour convaincre les sympathisants de gauche de voter oui à la question suivante : « Face à la droite et l’extrême droite, souhaitez-vous l’unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales ? » Si vous les croisez, racontez-nous.

A en croire Jean-Christophe Cambadélis, ce référendum militant sera un grand moment politique, celui d’un PS reprenant contact avec la vraie vie et la majorité silencieuse qui, si elle boude les urnes, n’attendait qu’un signe pour exprimer sa solidarité avec les stratèges de la rue de Solférino, contre les appareils de partenaires irresponsables. Et si ce week-end, entre l’achat d’une botte de poireaux et d’un rôti de porc, vous aviez la révélation au contact d’une urne entourée de militants socialistes ? Et si vous décidiez, d’un coup de baguette tradition, de devenir un « soldat de l’unité » de la gauche rangée derrière le PS ? Racontez-le-nous.

A l’inverse, vous êtes peut-être ulcéré par l’initiative et, après avoir voté au contre-référendum lancé par Julien Bayou et Caroline de Haas, avez envie d’en débattre entre un étal de crevettes et un stand de légumes. Vous attendez avec impatience ce moment d’un échange sincère, vous sympathisant de gauche, avec de non moins sincères militants socialistes. Racontez-nous ce débat à n’en point douter passionnant. 

Et puis vous êtes peut-être l’un des socialistes encore attachés à la maison, qui a décidé de participer à l’organisation de ce qui reste pour vous une expérience de démocratie directe. Racontez-nous les coulisses de son organisation. Ou alors vous êtes un militant PS tout aussi attaché à votre organisation, mais qui refuse de participer à une initiative que vous réprouvez, ou juste que vous ne “sentez pas”. Racontez-nous les raisons de ce refus.

Bref, racontez-nous si vous avez croisé des militants socialistes sur votre marché, si vous avez discuté avec eux, ce qu’ils expliquent pour convaincre, si vous avez voté et pourquoi. Ecrivez-nous un billet d’humeur sur le sujet, l’unité de la gauche, si le sujet vous passionne ou vous irrite. Ou, ce qui nous intéresse davantage encore, si vous avez envie de nous faire remonter l’information de votre ville, en tentant d’être un minimum objectif (et un maximum honnête).

Prenez des notes, des photos, des vidéos. Aidez-nous à rendre compte de la réalité d’une mobilisation encore incertaine (Cambadélis l’espérait voir grimper à 300 000 – non, ça c’était la semaine dernière- 200 000 votants –ce qui est peu par rapport à la primaire de 2011-), aidez-nous à raconter l’ambiance, qui nous importe plus sur l’état de la gauche, ou plutôt des gauches, que le strict résultat.

Vous pouvez poster directement des billets dans cette édition si vous êtes abonnés à Mediapart (en cliquant en haut à gauche de l'écran, sur "devenir rédacteur" puis "poster un billet"), ou nous envoyer vos textes, photos ou vidéos à cette adresse : leclub@mediapart.fr

Votre volonté de nous aider à retranscrire la réalité de ce référendum sera peut-être entravé par votre situation géographique (une trentaine de départements –donc de fédérations socialistes- ayant choisi de ne pas se mobiliser- au contraire d’une dizaine fortement mobilisée – Région parisienne, Bouches-du-Rhône, Nord, Haute-Garonne). Pour retrouver les endroits où ça se passe, c’est ici. (Message aux trolls diverses : ceci n'est pas une incitation à aller voter, mais juste le moyen de pouvoir faire ce dont il est question dans ce billet : nous aider à rendre compte).

Bon marché !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.