Solférinobiscite ou Cambadélobiscite

Solférinobiscite ou Cambadélobiscite (dixit Olala...)

Présomptueuse, hier en fin d'après-midi, j'avais préparé au soleil des petits cartons avec des slogans, à accrocher à ma charrette électrique d'handicapée. Faute de chemise à sacrifier, j'avais un bout de tissu blanc, lacéré au cutter, prêt à suspendre au dossier. Las, il a gelé cette nuit, mes cartons posés sur la terrasse à sécher étaient tout détrempés ce matin, au dégel... A 8h30, la température était encore proche de 0°. Je me suis emmitouflée, enveloppée dans des laines et suis allée essuyer ma carriole, elle aussi bien mouillée. Je suis finalement arrivée au marché, frigorifiée, vers 10h.

Comme convenu, les militants socialistes étaient eux aussi congelés, mais fidèles au poste, à six derrière leur table de camping, avec leur (petite) urne en carton, leurs petits papiers à cocher ("oui" ou "non") rouge et vert et leur grand livres registre tout imprimé, à l'allure officielle... Ils haranguaient les passants, pour les inciter à voter, normal...

Totalement insignifiante, vu l'état piteux de ma propagande anti-PS restée devant le pas de ma porte, ils m'ont accueillie tout sourire. Là, je leur ai expliqué que j'étais dans l'impossibilité de voter, même si j'étais pour ce rassemblement. Devant leur interrogation légitime, je leur ai doctement expliqué que puisque le PS était à droite, cela me semblait totalement incompatible. Les mines se sont bien évidement refermées aussi sec et j'ai eu le droit à l'inévitable laïus, sur la droite, le FN et la dictature qui arrivait...

Credo savamment appris, qu'ils ont ressassé comme seul et unique argument, pendant un bonne demi-heure ! J'ai eu droit aussi à "nos amis communistes, eux l'ont bien compris !" Comme je m'étonnais de n'en voir aucun parmi eux, une jeune femme (candidate malheureuse à toutes les élections précédentes) un peu plus intelligente que l'ensemble du tas de "récitants studieux", m'a gentiment expliqué qu'ils siègeaient déjà à la région ensemble (FDG/EELVet PS) et qu'ils "espéraient"... D'où leur action. Il m'ont ensuite demandé de m'éloigner, ce que j'ai refusé, leur arguant que j'étais là en observatrice du déroulement de l'opération guignolade.

Mais puisque j'ai décidé d'être totalement objective, je dois avouer que leur opération marchait plutôt bien. A part quelques clients avertis, la plupart des gens ne semblaient pas du tout être au courant de l'opération cambadélienne (d'ailleurs, savent-ils même qui est Cambadélis, dont jamais le nom ne fut prononcé ?) A la seule question orale : "Etes-vous pour le rassemblement de toute la gauche et des verts", la plupart des gens répondaient "oui "ou s'éloignaient poliment sans répondre. Le froid de gueux n'incitant pas à de longs palabres. J'étais je dois le confesser (avec regret), la seule "contestatrice"... Je leur ai demandé la suite "démocratique" de l'opération. Ils m'ont expliqué qu'ils assuraient le "dépouillement" eux même, communiquaient le résultat "à Paris"... Et renvoyaient aussi à la capitale, le matériel. Comme je leur faisais remarquer "le bidouillage possible du résultat", ils semblaient totalement tomber des nues, tels des agneaux nouveaux-nés...

J'ai erré sur le marché en faisant quelques courses de fruits et légumes, passant et repassant devant le "stand", où il y avait toujours au moins une ou deux personnes, penchées sur les registres, en train d'émarger.

Je suis rentrée chez moi, transie, enrhumée, minoritaire et déçue.

On verra bien la suite...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.