Un marché bancaire franco-européen hors de contrôle

Exemplarité de la nouvelle régulation bancaire américaine

L'oligarchie financière mondiale qui formate les esprits et rationalise la pertinence d'une vision exclusive de l'ordre économique international dominant, sous direction unilatérale étasunienne, ne semble pas s'imposer à l'establishment français, opportunément protégé par un leurre européen.

En effet, à la fin octobre 2013, de nouvelles règles bancaires américaines modifieront, au profit des clients utilisateurs des banques, les procédures de transferts électroniques de fonds internationaux. Plus d'informations seront systématiquement fournies sur le coût réel des transactions relatives à toute opération d'envoi des fonds au niveau international. Des changements d'importance quant aux besoins de moralisation des pratiques bancaires et qui s'appliqueront à l'ensemble des opérateurs bancaires et autres prestataires de paiement de transfert de fonds, de quelque statut juridique qu'ils relèvent : privé, public, coopératif ou mutualiste.

Des changements d'autant plus significatifs qu'ils affectent les nouveaux modes de transactions financières électroniques via les facilités qu'offre aujourd'hui ''Internet Banking''. Les banques américaines seront astreintes de fournir à leurs clients, avant d'opérer l'opération de transfert, les informations complètes sur le taux de change pour toutes les demandes impliquant une conversion de monnaie, les frais directs ou indirects, y compris ceux pratiqués par les institutions intermédiaires, le montant net des fonds devant être reçu par le bénéficiaire du transfert, à l'exception de certains frais facturés au bénéficiaire par la banque du bénéficiaire ou de l'impôt étranger applicable, ainsi que la date à laquelle le bénéficiaire est sensé recevoir les fonds.

A l'heure des nanotechnologies, une petite révolution des mentalités qu'on ne peut sous-estimer et qui met à la charge des banques d'utiliser les moyens monstrueux dont elles disposent dans le domaine des nouvelles technologies de l'information et de la communication pour en faire bénéficier leurs clientèles en leur fournissant, dans la transparence et à priori, des éléments d'appréciation pour réaliser ou non un transfert, rendu si aisé par des manipulations de transfert de banques à banques sans informations préalables sur le coût réel de telles opérations.

A quand l'application de telles règles en Europe, en France et même dans les transferts impliquant le change entre l'Euro et le Franc CFA ?


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.