Rahim Namazov, journaliste azéri en exil

Les élections législatives du 7 novembre dernier en Azerbaïdjan ont sans suspens permis la consolidation de l'emprise du président Aliev sur le pouvoir. Comme l'opposition et les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Rahim Namazov a dénoncé un scrutin falsifié.

Le 10 septembre dernier, le journaliste réussit à quitter l'Azerbaïdjan malgré la pression du gouvernement et arrive à Toulouse quelques jours plus tard. Il espère pouvoir continuer à exercer en France le métier pour lequel il s'est battu dans son pays : le journalisme.

En 12 ans de carrière, il a été condamné à 6 ans de prison pour ses enquêtes et reportages contestataires. A travers son histoire, c'est celle d'un régime répressif et autoritaire qu'il raconte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.