Billet de blog 21 oct. 2010

Sarkozy peut activer l’article de la Dictature !

Geneviève Sabathé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le peuple en guerre, contre Sarkozy et son gouvernement sur la réforme des retraites, est-il menacé ? La question devient cruciale face à l’arsenal législatif qui bride les libertés publiques. Au premier rang desquels : l’article 16 de la Constitution!

L'article 16 permet au Président de la République français de prendre toutes les mesures qu'il juge nécessaire en cas de circonstances exceptionnelles (ex : guerre civile, grève générale paralysant le pays, atteinte à l'intégrité du territoire national)

Cet article est qualifié par les juristes de droit constitutionnel d'article de la dictature car lors de sa mise en application, le Président de la République est le seul à gouverner. De plus, il concentre dans les mains d'un seul homme les pouvoirs exécutifs et législatifs.

L’article 16 menace, plus que jamais, la démocratie. François Mitterrand envisageait de l’abolir mais… il ne l’a pas fait. Cet article permet à Nicolas Sarkozy de se doter des Pleins Pouvoirs. Concrètement, le président peut limiter voire suspendre les libertés publiques, créer des tribunaux d’exception, nommer des militaires à la tête des grandes administrations. Il peut tout faire et défaire. Paranoïa ? Voici le texte de l’article 16 qui lui confère les Pleins Pouvoirs pour une durée de trente jours… renouvelables:

« Lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacées d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des Présidents des assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel. Il en informe la nation par un message. Ces mesures doivent être inspirées par la volonté d'assurer aux pouvoirs publics constitutionnels, dans les moindres délais, les moyens d'accomplir leur mission. Le Conseil constitutionnel est consulté à leur sujet. Le Parlementse réunit de plein droit. L'Assemblée nationale ne peut être dissoute pendant l'exercice des pouvoirs exceptionnels. »

Suite à la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008, l'article a été modifié et complété par le paragraphe suivant :

« Après trente jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels, le Conseil constitutionnel peut être saisi par le Président de l'Assemblée nationale, le Président du Sénat, soixante députés ou soixante sénateurs, aux fins d’examiner si les conditions énoncées au premier alinéa demeurent réunies. Il se prononce dans les délais les plus brefs par un avis public. Il procède de plein droit à cet examen et se prononce dans les mêmes conditions au terme de soixante jours d’exercice des pouvoirs exceptionnels et à tout moment au-delà de cette durée. »

Le peuple de France, conscient de l’enjeu du bras de fer actuel, soutient massivement (71%) les grévistes et les manifestants mais qu’en sera-t-il si nous sommes acculés ?

La radicalisation du mouvement que, par ailleurs, j’appelle de mes vœux, doit impérativement déboucher sur une séquence politique d’importance. Notre seule option est la dissolution de l’Assemblée nationale mais, encore une fois, seul le président peut en prendre la décision.

Les moyens de pression ne manquent pas, à condition que les hommes et femmes politiques de gauche prennent toute leur responsabilité dans le processus.

Autrement dit, aujourd’hui, dans ce pays si démocratique, le président a tous les pouvoirs même celui de s’asseoir sur le résultat d’un référendum (traité constitutionnel européen).

Il était important au stade où nous en sommes de notre mobilisation de prendre la mesure de la menace qui pèse sur nos libertés.

Notre devise républicaine est à terre : Egalité est morte (fiscalité injuste, surendettement, mise en faillite des retraites et de la sécu), Fraternité est à l’agonie (expulsions des étrangers, abandons des pauvres). Il ne reste que Liberté !

Défendons-là chèrement, sinon nous nous réveillerons en dictature au pays des droits de l’homme !

Geneviève Confort-Sabathé

L’article 16 n'a été utilisé qu'une une fois lors de la crise algérienne entre le 25 avril et le 20 septembre 1961 (putsch des généraux).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française