Billet de blog 28 avr. 2010

Décote à 60 ans ou aller à contre-courant

Il semblerait que la nouvelle lubie du gouvernement serait de créer une décote pour ceux partant à la retraite avant 65 ans. Cette idée est particulièrement absurde et inique. Si tout le monde avait le choix, on pourrait se dire, pourquoi pas. Mais ce n'est pas du tout le cas.

Thomas PETIT
Représentant syndical
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il semblerait que la nouvelle lubie du gouvernement serait de créer une décote pour ceux partant à la retraite avant 65 ans. Cette idée est particulièrement absurde et inique. Si tout le monde avait le choix, on pourrait se dire, pourquoi pas. Mais ce n'est pas du tout le cas.

Contrainte du marché du travail

Quand l'âge moyen de fin de carrière est de 59 ans et que l'âge moyen de liquidation des retraites est de 61,5 ans, on se rend compte que la plupart des retraités sont au chômage depuis déjà longtemps quand ils liquident leur retraite. Ayant déjà des carrières incomplètes et l'impossibilité de les compléte, le gouvernement se propose en plus de réduire leur retraite. Il va sans dire qu'il s'agit fréquemment des plus précaires, notamment les femmes, et donc des plus défavorisés au moment des retraites...

Contrainte de santé

Tout le monde connaît la problématique de la pénibilité. Mais peu de personnes connaissent l'espérance de vie en bonne santé qui est de 63 ans pour les hommes et 64 pour les femmes.

A quoi correspond cette espérance? Il s'agit de savoir jusque quel âge en moyenne nous n'avons pas d'incapacité majeure. Il y a donc 50% de la population en incapacité majeure après 63 ans pour les hommes et 64 pour les femmes.

La proposition du gouvernement consiste donc à pénaliser ceux qui ont la malchance d'avoir cette incapacité majeure et ne pourront atteindre 65 ans. Bravo !

Travailler jusque 65 ans, une chance, pas un choix

Nous pouvons en conclure que ceux qui n'auront pas de décôtesont ceux qui auront à la fois la chance d'avoir une bonne santé et d'être sur un marché du travail florissant

La logique qui me vient à l'esprit n'est pas celle du gouvernement.

Autant il me semble absurde d'empêcher des gens de travailler après un certain âge (sauf conditions de sécurité comme les personnels soignants ou les pilotes de ligne), autant ceux qui ont la chance de travailler tard devraient participer encore plus à la solidarité que les autres.

Au lieu de diminuer les pensions de ceux qui n'ont pas de chance, il me semblerait plus juste d'augmenter les cotisations de ceux qui ont de la chance.

Il s'agit bien sur d'une question de point de vue... ou de projet de société...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Énergies
Pétrole, gaz : un rideau de fer s’abat sur le secteur de l’énergie
Depuis quatre mois, les fragiles équilibres d’un marché déjà tendu sont rompus. L’énergie est devenue un terrain d’affrontement entre les États-Unis et la Russie. En juin, pour la première fois de son histoire, l’Europe a plus importé de gaz américain que russe.
par Martine Orange
Journal — Asie
Inde : le sombre avenir des habitants de l’Assam après une mousson précoce
Des millions d’habitants de la vallée du Brahmapoutre ont été jetés sur les routes par des pluies torrentielles. Ils survivent dans des conditions catastrophiques. Au-delà de l’urgence, c’est l’habitabilité de cette région d’Asie du Sud qui est désormais mise en question.
par Côme Bastin
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain