counch
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Revenu Universel de Base

Suivi par 125 abonnés

Billet de blog 5 févr. 2017

Contribution modeste : Le revenu universel, monnaie auto destructible

Une modeste contribution d'un citoyen éclairé au débat politique du moment sur le revenu universel. Les arguments des économistes de comptoir nous font croire que c'est un problème d'argent... Et si, au lieu de réduire le concept à une simple mesure économique comme les autres, on voyait plus grand ! Le revenu universel peut être plus que ça... Et si on en faisait une monnaie à part entière ?

counch
Humain... jusqu' à preuve du contraire...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En ces temps de racolage de voix, je voudrais ici, modestement contribuer au débat politique en apportant ma petite pierre d’idéaliste utopique que je suis, sur l’idée d’un revenu universel ou de base.

Le revenu universel s’est invité dans la campagne présidentielle. Bien, parfait ! Cependant, l’on voit bien qu’un mur immense se dresse devant le concept : l’ argument massue, l’ argument indépassable, l’appel au sérieux politique et au démontage des utopies, l’argument évident pour tout économiste mainstream qui se respecte à savoir : Combien ça coûte ?

Alors voilà... nous voici rendu au point central du problème. Combien ça coûte ? Et si à cette question, aucune réponse immédiate et logique ne vous vient à l’esprit, c’est que vous n’avez toujours pas compris l’idée. Vouloir réduire le revenu universel ou de base à une simple mesure économique tue dans l’œuf, le concept lui-même. En effet, le revenu universel ou de base ne peut pas être une simple mesure économique pour la bonne et simple raison qu’il est (qu’il doit être) une monnaie à part entière ! Et donc, de fait, se demander combien coûte une monnaie revient à demander si 1 mètre mesure bien 1 mètre ou 1,20 mètre ?

Je m’explique. Le revenu universel (ou de base) est et doit être, un revenu inconditionnel, c’est-à-dire qu’il devient non plus une condition (au travail) mais un droit universel inconditionnel qui pourrait se traduire ainsi. Tout être humain dispose d’un moyen d’échange correspondant à XXXX Ů (unité monétaire du revenu universel).

Note pour plus tard : penser à une contribution pour la nouvelle constitution et penser à un nouveau sigle monétaire avec un U double barré, c’est pas mal

Car l’on voit tout de suite (je ne suis pas économiste mais le problème est perceptible pour n’importe qui) qu’on a un problème de quantité. D’où vient l’argent ? Et que devient-il ?

La condition d’une nouvelle monnaie (qui pourrait d’ailleurs être complémentaire dans un premier temps) devient alors primordiale. Il s’agit-là de faire en sorte de ne pas jouer le jeu de la monnaie classique du système bancaire historique.

Non, le revenu universel doit être une insurrection de notre conscience monétaire (spéciale dédicace à Pierre Rabhi), à la hauteur d’un monde en transformation profonde. Il doit justement être l’outil et le moyen de cette transformation. Car pour que nos vraies préoccupations changent de cap et deviennent autre chose que l’argent, il faut tuer le besoin d’argent, régler le problème une fois pour toute !

Et donc voilà l’idée : Le revenu universel (ou de base) devient un système monétaire à part entière indépendant et non convertible. Il prend la forme d’un revenu mensuel distribué à chacun des citoyens inconditionnellement et indépendant de toute situation personnelle. Il est créé ex-nihilo à chaque début de mois par la banque centrale du revenu universel détenue par l’état, son montant est fixé à XXXX Ů (unité monétaire du revenu universel) et attention, petite cerise sur le gâteau… au terme de chaque mois, la TOTALITÉ de la monnaie en circulation est entièrement détruite.

Voilà ! Il me semble, par cette simple petite astuce, avoir résolu pas mal de problèmes… Il se pourrait même bien qu’au passage, le système qui nous régi depuis quelques centaines d’années, soit quelque peu amoché ce qui n’est pas pour me déplaire.

Donc si je résume et pour bien redéfinir le concept voici ci-dessous les grandes lignes qui, à mon sens, devraient rester indissociables pour que le système fonctionne :

- Le revenu universel est une monnaie (complémentaire) indépendante et non convertible gérée par l’état

- La monnaie du revenu universel est créée ex-nihilo au début de chaque mois

- La monnaie du revenu universel est détruite au terme de chaque mois

- Le revenu universel est inconditionnel et versé à tout citoyen (droit constitutionnel)

- Le montant du revenu universel est défini démocratiquement.

Et pour compléter le tableau, si j’avais encore une petite contribution à apporter… Je verrais bien la création de différents niveaux d’utilisation géographiques de cette monnaie.

Explication : Citoyen X (habitant à XXXX) reçoit un revenu universel à trois niveaux d’utilisation .

1 - Niveau local (communauté de commune) : Utilisation possible de 100 % de son revenu.

2 – Niveau Régional (nouvelles région) : Utilisation possible de 80 % (niveau à déterminer) de son revenu

3 – Niveau National (ou Européen… et si l’idée devenait européenne…) : Utilisation possible de 50 % (niveau à déterminer) de son revenu.

Ou comment relocaliser l’économie ! mesure indispensable à un monde plus juste et plus vertueux.

 Il ne reste plus qu’à créer le « machin » où évidemment, il ne pourrait s’agir que d’une monnaie électronique et non papier...

 A vos contributions… Faites-moi mentir !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — Europe
« Années de plomb » : avis défavorable à l’extradition de dix anciens militants d’extrême gauche italiens
La cour d’appel de Paris a prononcé mercredi un avis défavorable à l’extradition de dix anciens militants d’extrême gauche italiens réclamés par l’Italie pour des faits de terrorisme commis lors des « années de plomb » dans les années 1970-1980.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale