counch
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Revenu Universel de Base

Suivi par 125 abonnés

Billet de blog 21 janv. 2013

Le revenu de base ou la fin d'une association entre TRAVAIL et REVENU

counch
Humain... jusqu' à preuve du contraire...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La société capitaliste et productiviste a fondé tous ses outils et ses modèles économiques sur la seule croissance infinie de la richesse. Cette erreur fondamentale, point de départ de toutes les théories économiques de notre société est démontrée aujourd’hui par plusieurs faits indiscutables : d’une part une richesse infinie dans un monde fini est impossible, d’autre part, la sur-monétisation de nos échanges mène notre société vers des déséquilibres économiques et écologiques. En ce sens qu’il ne suffit pas de détenir un moyen d’échange pour décréter pouvoir échanger quelque chose qui n’existe pas.

Eclairés par les dérives d’une économie mondialisée et de moins en moins maîtrisable, notre nouvelle vision du monde exige de redéfinir les contours de nos moyens d’échanges. En ré-affirmant avant toute autre chose, que la monnaie, l’argent, est un moyen d’échange et non une fin en soi.

Il s’agit donc ici de penser et d’inventer un nouveau modèle économique qui intègrerait la finitude du monde et donc de nos ressources tout en favorisant l’équilibre et l’équité social ne notre société.    Ce nouveau modèle économique fonde ses bases sur une limitation des richesses matérielles et de ce fait sur une quantité limitée du moyen d’ échange de ces biens matériels.

En effet, une fois actée la finitude du monde dans lequel s’inscrit notre système d’échange, il suffit, pour mieux définir ce nouveau modèle, d’une simple transposition dans tout autre système physique nous obligeant à penser en circuit fermé et non plus, comme c’est le cas aujourd’hui, dans une économie constamment en croissance.

Ce modèle économique induit, de ce fait, une redéfinition des contours des différentes sphères d’échanges. La co-existence au sein d’une même sphère d’échange de bien matériels finis et de valeurs immatérielles infinies comme les droits d’auteurs, les oeuvres d’art ou même la simple connaissance (création de richesses infinie) sont autant de déséquilibres économiques que de dérives écologiques possibles. En envisageant une séparation entre les échanges matériels et les échanges immatériels, le nouveau modèle économique permet une meilleure appréciation de la limitation de nos ressources et remet à sa place la valeur immatérielle qui, le plus souvent, pourra s’échanger gratuitement (Wikipédia, logiciel libre...). Ces valeurs immatérielles restant indispensable à notre évolution, la seule croissance encore possible pour nous etant celle qui ne nuit pas à notre environnement à savoir, la conscience, la connaissance.

Ce nouveau modèle économique affirme la limitation de la richesse individuelle et inscrit la richesse globale dans une limitation liée aux ressources matérielles. La limitation individuelle permettant une meilleure circulation et une meilleure répartition des richesses sans déséquilibre de valeur au sein de la richesse globale.

Enfin, ce modèle économique affirme qu’une société épanouie et entièrement apaisée base ses échanges sur le don plus que sur l’échange monétisé.  Ainsi, il affirme que la quantité de monnaie est inversement proportionnelle à l’équilibre social et écologique de nos échanges. Sans prétendre à une société sans monnaie, il affirme, qu’à satisfaction équivalente, il est indispensable de faire décroître la quantité de monnaie au sein de nos échanges.

Bien sûr, ce nouveau modèle économique ne peut s’inscrire que dans une nouvelle définition du travail et de sa finalité au sein de notre société. Le travail, comme seule base de création de richesse reste incompatible avec la finitude de nos ressources.  Si aujourd’hui, seul le travail nous donne le droit d’échanger il est aussi démontré que notre travail est aussi la source d’épuisement de nos ressources. 

Ainsi, paradoxalement, si le REVENU DE BASE ne limite pas la richesse individuelle mais en défini plutot un seuil minimum inconditionnel, il pourrait cependant créer ce qu'il manque au sein du système d'échange actuel : le droit universel et inconditionnel à échanger. Inscrit dans ce nouveau modèle économique, il serait la clé pour sortir de l'association qui est faite entre le travail et le revenu. Une première étape vers un nouveau paradigme économique.

A suivre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — Europe
« Années de plomb » : avis défavorable à l’extradition de dix anciens militants d’extrême gauche italiens
La cour d’appel de Paris a prononcé mercredi un avis défavorable à l’extradition de dix anciens militants d’extrême gauche italiens réclamés par l’Italie pour des faits de terrorisme commis lors des « années de plomb » dans les années 1970-1980.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica