Billet de blog 9 juil. 2011

Bizerte, Tunisie: la révolution en marche, une jeunesse en action

ispahan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après la révolution du 14 janvier en Tunisie, on assistait à une véritable cacophonie, la parole libérée se faisait entendre partout, dans les cafés, chez le coiffeur, à la télévision, dans les ondes…bref on en venait presque à se demander si un jour cette parole céderait la place à l’action. Voilà qu’au mois de mars, de jeunes Bizertins, se retrouvant autour d’un café, décidaient d’agir et de mettre en place des actions afin de « changer Bizerte », ainsi naissait le groupe très engagé : « C’est à vous de changer Bizerte »(http://www.changer-bizerte.venez.fr/). Leur action est aussi large que variée, leur objectif principal étant de démontrer que la coopération citoyenne permet d’améliorer le quotidien de tous. En somme, un mouvement citoyen et fédérateur.

© 

Ainsi, tous les dimanche, ce jeune collectif, d’abord 5, puis 8, et maintenant plus de 20 personnes, décident ensemble d’organiser un événement ; vendredi dernier, il était question de rassembler des dons pour les écoles primaires saccagées pendant la révolution. Au mois de mai après avoir obtenu le sponsor d’une société de peinture tunisienne, le pont mobile de Bizerte retrouvait une nouvelle jeunesse du fait de nombreux bizertins, tous heureux de participer à l’embellissement de leur ville. D’autres évènements ont suivi, comme le nettoyage des espaces verts et le ramassage de détritus, depuis toujours abandonné par les pouvoirs publics.

Néanmoins, la mairie soutient le groupe et loin d’entraver leur démarche, leur apporte soutien moral, et parfois, un soutien matériel. Le fondateur du groupe Ahmed Hamdoun me confie que le groupe jouit d’une véritable liberté d’action et que, presque, rien ne leur est refusé. « Presque », puisque le collectif a osé soulever la sempiternelle question des poubelles (quasi inexistantes) et que la même litanie leur a été servie : trop cher. Du reste, Ahmed Hamdoun et ses compagnons ne se laissent pas abattre et ne se bercent pas d’illusions, ils continuent leurs actions et bouillonnent d’idées et de ressources pour mener à bien leur projet.

Alors qu’en France on s’étonnait de voir ces bateaux tunisiens échoués au large de Lampedusa, d’autres tunisiens, plus chanceux sans doute, actionnaient leur boîte à idées et relevaient leurs manches.

Enfin, un petit mot sur Bizerte : ville portuaire tunisienne qui regorge de trésors visibles à l’œil nu : son mythique vieux port, sa vieille ville(Kasbah) réel musée à ciel ouvert, et pour le cliché: de longues plages de sable fin. Si vous recherchez de la douceur et de l’authenticité venez visiter Bizerte et rencontrer ses habitants qui seront heureux de vous accueillir.

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss