Une revue numérique, SECOUSSE

Cette fois-ci, je voudrais évoquer une revue en ligne, accessible donc sur le web uniquement, la revue SECOUSSE. Cette revue est le fait des éditions Obsidiane, qui, après l'arrêt de leur revue papier Le Mâche-Laurier, ont souhaité poursuivre l'aventure en numérique cette fois, pour des raisons de coût et d'autres sans doute; je ne me suis pas entretenu avec eux à ce propos. La revue est donc en ligne, c'est avec appréhension que l'on s'y rend d'une fois à l'autre, jamais tout à fait sûr de l'y retrouver. C'est du moins mon sentiment et celui des gens de mon  âge j'imagine. Cependant, d'une fois à l'autre, je l'y retrouve et devrais donc m'habituer à terme.

La revue est ouverte à l'internationale et offre des pages d'auteurs du monde, des poètes étrangers dont je dois dire l'écriture enchante davantage que nos poètes français. Pourquoi ? Par une présence au monde que leurs poèmes donnent à éprouver et qui fait que, même si le poème ne parle pas, il y a à sentir, à goûter le monde le plus quotidien, un regard sur celui-ci, une sensibilité à celui-ci. Ce n'est pas le fait de tant de poètes français que ça.

Il y a donc à découvrir, beaucoup. Des poètes, des prosateurs, mais aussi des photographes. Une part de la revue est consacrée à la critique, critique de livres mais aussi de films et autres.

Voilà, je ne peux que vous inviter à vous y rendre vite. Le lien, je ne l'ai pas à l'esprit, mais en tapant revue Secousse, on y parvient peu ou prou.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.