Dicocotte : le flash-ball

Le flash-ball n’est pas un championnat de ballon américain, ni un jeu à gratter de la loterie nationale. Pas plus qu’un nouveau système de lavage écologique sans lessive. Non. « Flash-ball » fait partie de ces anglicismes qui dépoussièrent et remettent au goût du jour de vieux concepts.Dans le cas présent, le flash-ball est la nouvelle version d’un jeu désuet comme nos souvenirs d’école : la balle au prisonnier.

 

Rappel des règles de base : un terrain séparé par une ligne. Deux équipes, une de chaque côté de cette frontière, une balle.

But du jeu : toucher tous les adversaires avec la balle afin d’en faire ses prisonniers. Les prisonniers sont placés derrière l’équipe qui les a capturés et seront délivrés si quelqu’un de leur propre équipe leur envoie la balle. Ils pourront donc se désincarcérer en touchant un de leur geôlier avec la balle reçue.
Le « chat perché » : par accord tacite des deux équipes, vous pouvez dans la limite du terrain, vous jucher sur un muret, une pierre ou toute autre proéminence. Criez alors « chat perché ! ». La balle adverse n’aura alors aucun pouvoir capturant sur votre personne. Ne pas en user au-delà de 3 fois par partie.A la fin de la récré, l’équipe qui a le plus de prisonniers est déclarée vainqueur.

 

LE FLASH-BALL (« balle au meurtrier » in french)

 

Règles de base : un terrain vague ou une rue. Deux équipes : la bleue et les autres. Des balles.

But du jeu : l’équipe bleue tire sur tout ce qui bouge, à volonté. Ne pas faire de prisonniers.L’équipe bleue a toujours de la balle.Les autres doivent tout faire pour ne pas se la prendre.
Règle du « chat perché » : vous pourriez, dans la limite du terrain, vous jucher sur un muret, une poubelle, un abri bus, une pierre encore à terre et crier « chat perché ! ». Peine perdue dans cette nouvelle version du jeu : l’équipe bleue a pour règle de ne jamais tenir compte de cette option.Donc, oubliez !Echarpes ou capuches blanches portées afin de pallier cette absence d’immunité ne sera d’aucun effet.A la fin de la récré, l’équipe bleue compte les ambulances.Bon jeu ! Eclatez-vous !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.