Rock'n Friches : expo de street artistes qui ont le rock dans la peau !

Rock’n Friches rassemblera du 2 au 14 avril prochain à la galerie « Friches & nous, la paix » 3 artistes rares : Spray Yarps (Paris) ; Franck Célaire (Montpellier) et Elvis Comica (Avesnes sur Helpes). Une expo qui vous mettra des riffs pleins les yeux !
  • Date Du 2 avril 2019 Au 14 avril 2019
  • Lieu Galerie 16 Rue Dénoyez 75020 Paris M° Belleville
  • Réservation, inscription Ouvert tous les jours - sauf le lundi - de 14h à 19h. Vernissage en musique avec Tony Marlow le 05/04/2019 de 19h à 23h59
  • Information http://www.rock-wide-web.fr

0-trio
Leurs techniques et leurs supports de prédilection sont différents, mais ils ont pour dénominateur commun d’avoir le rock dans la peau jusqu’à la pointe de la buse, du pinceau ou du Posca.

 

 

Spray Yarps

0-guitare-yarps
Derrière ce court palindrome se profile un discret pochoiriste-portraitiste qui fait de la rue, des squats et des anciennes carrières ses terrains de jeux. Il y traîne ses matrices, égrenant les figures de ses VIP préférés : des personnalités tout à la fois adulées et controversées comme Brigitte Bardot, Dali, Gainsbourg, Maryline, Clint Eastwood, Gérard Jugnot ou Al Capone.

Entre vinyle et stencil, son cœur balance : à son art s’attache une forte influence de divers courants musicaux (early reggae, rock’n’roll, Gainsbourg, bandes-sons de Tarantino et Schifrin). Un brin provocateur, féru d’images choc, il ajoute parfois une pincée d’humour décalé, voire politiquement engagé, émaillée d’onomatopées et de jeux de mots savoureux qui sont sa touche personnelle. Il se plaît à détourner avec bonheur les titres, slogans ou répliques célèbres : « Natural Born Sprayer », « Yes we Spraycan », « Fuck me if you Kahn », « Make my spray »…). Cet humour, allié à un univers essentiellement tourné vers les idoles du passé, nous renvoie à un art qui ne se prend pas au sérieux.

Franck Célaire

0-guitare-celaire
Cet artiste est né un crayon entre les dents. Enfant, l’ennui le pousse rapidement à lire des Bandes Dessinées et surtout à commencer d’en crayonner. A la manière d’un Guy Degrenne, qui dessinait des couverts sur ses cahiers, lui dessine des personnages, des monstres, ses profs et tout ce qui lui passe par la tête.

Diplômé d'architecture, Franck mène de front sa vie professionnelle et son art. Peu à peu, le second s’impose jusqu’à faire exploser son emploi du temps et son budget Posca. Inspiré par Combas, Di Rosa et Bocaj, ses tableaux trouvent doucement leur public.

Et puis un jour, une idée de génie prend forme : poser son art sur des guitares et les offrir à des musiciens renommés : Louis Bertignac, Jean-Louis Aubert, Matthieu Chédid, Santana, Bernard Lavilliers, Manu Chao... Il se débrouille pour les remettre en main propre et bientôt, sa notoriété grandit.
Depuis, ses Posca s’égarent sur bien des supports, répondant - ou devançant - les demandes les plus folles : chaussures pour Nagui ; gorille pour Shaka Ponk ; ballons de basket, gants de boxe, horloges, tableaux et toute une série d’animaux en résine !

Elvis Comica

0-elvis-panneau-de-circulation
Son nom latin « La force comique » lui va comme un gant ! Il trouve très tôt refuge dans le dessin après le décès de son père lorsqu’il avait 4 ans. En grandissant, il en fait un véritable mode d’expression, nourri par son intérêt pour la bande dessinée et le désir d’entrer un jour aux beaux arts.

Dans les années 80, saisi par les mouvances de la rue, imprégné du mouvement punk et marqué par l’avènement du tag, il évolue en autodidacte vers la peinture aérosol qui se rapproche le plus de son aspiration picturale.

Musique et aérosol sont une unité. Pour lui, l’art est volt. En s’inspirant du procédé d’impression de la sérigraphie, il crée ses pochoirs et peint des petits formats en verre. Dans les années 90, influencé par les arts urbains de certains grapheurs, il passe au grand format sur bois. Mais la quête d’espaces le démange et il étend ses supports jusqu’aux dimensions murales. Fresques, décorations de bars et performances artistiques deviennent des appels à la création.

Les modes d’expressions classiques ne l’attirent pas. Il créé son style, dans la marge, en solitaire. Un art populaire, jeune, libre et provocant aux couleurs vives. C’est une vie intérieure électrique, un idéal d’intégrité, des cris, des rires, des plaisirs qu’il sent et projette en images.

Un vernissage 100% rock

0-tony-marlow

Ces 3 lascars vous accueilleront lors du vernissage le vendredi 5 avril 2019 pour vous présenter leurs œuvres en écoutant Tony Marlow & Alicia.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

flyer-1-recto-a5-web

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.