Billet de blog 1 oct. 2010

La « fabrique » à nomades

Par Elisabeth Clanet dit Lamanit.* Diverses voix persistent à cultiver une certaine confusion entre la situation des Roms migrants – banlieusards des grandes villes roumaines et bulgares ou villageois – assignés de fait à l’errance contre leur gré et leur projet initial, celui de trouver du travail, chez eux ou ailleurs, en France par exemple, et celle des « Gens du voyage ».

Cécile Kovacshazy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Elisabeth Clanet dit Lamanit.* Diverses voix persistent à cultiver une certaine confusion entre la situation des Roms migrants – banlieusards des grandes villes roumaines et bulgares ou villageois – assignés de fait à l’errance contre leur gré et leur projet initial, celui de trouver du travail, chez eux ou ailleurs, en France par exemple, et celle des « Gens du voyage ».

Le statut juridique des « Gens du voyage » (lois de 1912 et 1969), unique en Europe, enferme des citoyens français, en grande partie « autochtones », vivant en résidences mobiles, dans une itinérance structurelle, puisque, s’il leur est accordé le droit de circuler, en revanche celui de s’arrêter durablement ou de s’installer définitivement quelque part, et parfois même le droit d’avoir une carte d’identité, leur est pratiquement impossible.

Quant à la question récurrente d’un nomadisme originel des populations dites Roms, Manouches ou Gitanes, une simple remontée dans le temps permet de mieux comprendre des situations complexes et variées.

Au début du XIe siècle, des populations indiennes sont déportées en très grand nombre et réduites en esclavage par des Turcs iranisés. Entraînées en tant qu’esclaves militaires par les Seldjoukides dans leurs guerres de conquête, elles pénètrent en 1071 dans la Romanie Byzantine (Turquie actuelle) dans le sillage des colonisateurs. Il ne s’agit pas là au départ d’une « ethnie » ou d’une « peuplade » particulière, mais de personnes aux compétences hétérogènes utiles aux armées turques : forgerons, dresseurs, soigneurs et musiciens (indispensables au dressage des animaux de guerre), serviteurs, etc., c’est-à-dire d’un certain nombre de castes mobiles, traditionnellement au service des armées, alors que la majorité des déportés provient d’une main d’œuvre servile, quant à elle parfaitement sédentaire. Pratiquement tous proviennent de la même région, parlent la même langue et se définissent comme rom/romni ce qui signifie, comme dans la plupart des langues indo-aryennes, « époux/épouse » (raman/ramni en hindi) ou encore comme manuś : « être humain ». Les Turcs donnent à certains d’entre eux le surnom de Çigan, du persan Tchugan, signifiant « marchands de chevaux » (Tsigane). Au XIIIe siècle, la déferlante mongole provoque d’importants déplacements de populations vers Constantinople, en Thrace et dans les comptoirs vénitiens. Certains de ces anciens esclaves, désormais affranchis, sont artisans, commerçants ou logisticiens aux services de différentes armées. Des compagnies militaires recrutées à Constantinople servent l’armée des Mamelouks d’Egypte alliée aux Latins pour contrer les Mongols. Ils reçoivent le surnom d’Egyptiens (Egiptano, Gitano, Gitan). Beaucoup de ces troupes « égyptiennes » serviront les armées privées des grands seigneurs féodaux et monarchies en Europe occidentale et en particulier en France jusqu’à leur interdiction et leur bannissement par Louis XIV. Dès lors, ils furent contraints, d’expulsions en expulsions, de développer des stratégies de subsistance au travers de l’itinérance. Leurs descendants se définissent comme Manouches et sont une des différentes composantes des « Gens du voyage ». Leurs compagnons d’infortune, entraînés par les Ottomans dans les Balkans depuis le XIVe siècle, continueront dans les Principautés roumaines, et sous d’autres formes, un esclavage commencé près de 850 ans auparavant. Ils représentent l’immense majorité de ces populations qui est tout simplement sédentaire – à ne pas confondre avec « sédentarisée » ce qui sous-entendrait un nomadisme originel.Et la machine à fabriquer du « nomade » se met en marche : on baptise « campements » de simples bidonvilles, on reloge les gens en caravane comme si cela était l’évidence même... Proposerait-on à des Bretons émigrés des péniches « forcément » plus proches de leur « mode de vie ancestral » ?

Elisabeth Clanet dit Lamanit

* Chargée de mission pour la formation des Gens du voyage et publics itinérants au CNED

Auteure de « Fils du "Vent de l’Histoire" - Un autre approche sur l’histoire de la migration des ancêtres des Rroms, Sinté et Kalé »(in Etudes Tsiganes, 2010)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — France
En Seine-Maritime, l’emprise de trafiquants de drogues sur une maire socialiste
Nos confrères du Poulpe ont pu consulter des éléments de l'enquête ayant conduit à la mise en examen de la maire socialiste de Canteleu et de son adjoint. Ils révèlent l’influence d’un réseau criminel sur le monde politique local.
par La rédaction du Poulpe
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens