Billet de blog 1 oct. 2010

La « fabrique » à nomades

Par Elisabeth Clanet dit Lamanit.* Diverses voix persistent à cultiver une certaine confusion entre la situation des Roms migrants – banlieusards des grandes villes roumaines et bulgares ou villageois – assignés de fait à l’errance contre leur gré et leur projet initial, celui de trouver du travail, chez eux ou ailleurs, en France par exemple, et celle des « Gens du voyage ».

Cécile Kovacshazy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Elisabeth Clanet dit Lamanit.* Diverses voix persistent à cultiver une certaine confusion entre la situation des Roms migrants – banlieusards des grandes villes roumaines et bulgares ou villageois – assignés de fait à l’errance contre leur gré et leur projet initial, celui de trouver du travail, chez eux ou ailleurs, en France par exemple, et celle des « Gens du voyage ».

Le statut juridique des « Gens du voyage » (lois de 1912 et 1969), unique en Europe, enferme des citoyens français, en grande partie « autochtones », vivant en résidences mobiles, dans une itinérance structurelle, puisque, s’il leur est accordé le droit de circuler, en revanche celui de s’arrêter durablement ou de s’installer définitivement quelque part, et parfois même le droit d’avoir une carte d’identité, leur est pratiquement impossible.

Quant à la question récurrente d’un nomadisme originel des populations dites Roms, Manouches ou Gitanes, une simple remontée dans le temps permet de mieux comprendre des situations complexes et variées.

Au début du XIe siècle, des populations indiennes sont déportées en très grand nombre et réduites en esclavage par des Turcs iranisés. Entraînées en tant qu’esclaves militaires par les Seldjoukides dans leurs guerres de conquête, elles pénètrent en 1071 dans la Romanie Byzantine (Turquie actuelle) dans le sillage des colonisateurs. Il ne s’agit pas là au départ d’une « ethnie » ou d’une « peuplade » particulière, mais de personnes aux compétences hétérogènes utiles aux armées turques : forgerons, dresseurs, soigneurs et musiciens (indispensables au dressage des animaux de guerre), serviteurs, etc., c’est-à-dire d’un certain nombre de castes mobiles, traditionnellement au service des armées, alors que la majorité des déportés provient d’une main d’œuvre servile, quant à elle parfaitement sédentaire. Pratiquement tous proviennent de la même région, parlent la même langue et se définissent comme rom/romni ce qui signifie, comme dans la plupart des langues indo-aryennes, « époux/épouse » (raman/ramni en hindi) ou encore comme manuś : « être humain ». Les Turcs donnent à certains d’entre eux le surnom de Çigan, du persan Tchugan, signifiant « marchands de chevaux » (Tsigane). Au XIIIe siècle, la déferlante mongole provoque d’importants déplacements de populations vers Constantinople, en Thrace et dans les comptoirs vénitiens. Certains de ces anciens esclaves, désormais affranchis, sont artisans, commerçants ou logisticiens aux services de différentes armées. Des compagnies militaires recrutées à Constantinople servent l’armée des Mamelouks d’Egypte alliée aux Latins pour contrer les Mongols. Ils reçoivent le surnom d’Egyptiens (Egiptano, Gitano, Gitan). Beaucoup de ces troupes « égyptiennes » serviront les armées privées des grands seigneurs féodaux et monarchies en Europe occidentale et en particulier en France jusqu’à leur interdiction et leur bannissement par Louis XIV. Dès lors, ils furent contraints, d’expulsions en expulsions, de développer des stratégies de subsistance au travers de l’itinérance. Leurs descendants se définissent comme Manouches et sont une des différentes composantes des « Gens du voyage ». Leurs compagnons d’infortune, entraînés par les Ottomans dans les Balkans depuis le XIVe siècle, continueront dans les Principautés roumaines, et sous d’autres formes, un esclavage commencé près de 850 ans auparavant. Ils représentent l’immense majorité de ces populations qui est tout simplement sédentaire – à ne pas confondre avec « sédentarisée » ce qui sous-entendrait un nomadisme originel.Et la machine à fabriquer du « nomade » se met en marche : on baptise « campements » de simples bidonvilles, on reloge les gens en caravane comme si cela était l’évidence même... Proposerait-on à des Bretons émigrés des péniches « forcément » plus proches de leur « mode de vie ancestral » ?

Elisabeth Clanet dit Lamanit

* Chargée de mission pour la formation des Gens du voyage et publics itinérants au CNED

Auteure de « Fils du "Vent de l’Histoire" - Un autre approche sur l’histoire de la migration des ancêtres des Rroms, Sinté et Kalé »(in Etudes Tsiganes, 2010)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles