Appel au soutien à la scolarité des enfants roms de Paris

En France, "l'instruction est obligatoire pour tous les enfants, français et étrangers, à partir de 6 ans et jusqu'à l’âge de 16 ans révolus. Les parents peuvent choisir de scolariser leur enfant dans un établissement scolaire ou bien d'assurer eux-même cette instruction".

Donc, quand les parents ne sont pas en mesure d'instruire eux mêmes leurs enfants, il va de soi que c'est l'école qui devient obligatoire.

 

"À chaque rentrée scolaire, le maire établit la liste de tous les enfants soumis à l'obligation scolaire, qui résident dans sa commune".

Or, à notre connaissance, ce n'est pas le cas pour les enfants Roms d'origine roumaine ou bulgare qui demeurent sur les trottoirs parisiens...

 

"Le maire informe, tout au long de l'année, le Dasen (directeur académique des services de l'éducation nationale) des manquements à l'obligation d'inscription dans une école ou un établissement d'enseignement, ou de déclaration d'instruction par la famille".

Donc, les maires qui ne le font pas manquent à leurs obligations...  

 

"Il faut présenter le certificat d'inscription dans un établissement scolaire ou la déclaration auprès du maire pour pouvoir obtenir le versement des prestations familiales qui se rapporte à l'obligation scolaire d'un enfant. Par ailleurs, la personne qui n'inscrit pas ou ne déclare pas l'enfant dont il est responsable recevra une mise en demeure de le faire de la part du Dasen. Elle risque une amende qui peut être de 7 500 € et une peine de 6 mois d'emprisonnement".

Et au final, ce seraient aux parents d'en payer les conséquences, au propre comme au figuré ?

La famille de ce petit garçon que nous venons de scolariser - et celle de tous les autres qui rêvent d'avenir sur les trottoirs de Paris -  est en règle au regard de cette obligation d'instruction.

Normal : ils VEULENT S'INTEGRER !

APPEL A SOUTIEN

Néanmoins, pour que la scolarité de ces enfants qui ont soif d'apprendre, tout n'est pas réglé ! Il dorment avec leur famille dans la rue et devront bien souvent aller à l'école trempés par la pluie tombée dans la nuit...
Quelqu'un peut-il lui offrir quelques vêtements chauds ? Une couette ? Un duvet ? Un abri ?


Il faut qu'il bénéficie d'une assurance scolaire : quelqu'un peut-il la financer ? 10 € pour l'année scolaire...

Il a aussi besoin de goûters quotidiens. Nous pouvons fournir des fruits. Quelqu'un peut-il agrémenter ce goûter de quelques gâteaux ou viennoiseries longue conservation ?

Et si vous vous lanciez dans l'Entraides-Citoyennes ?

Car d'autres enfants roms seront bientôt scolarisés à Paris...
Nous allons avoir besoin d'aide !

 Soutien à la scolarité des enfants roms parisiens

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.