Roms de Bobigny : les uns préparent l'expulsion, les autres la riposte

À Bobigny (Seine-Saint-Denis), l’UDI Stéphane De Paoli a été élu le 30 mars 2014 avec 53,99% des voix, mettant fin à 95 ans de communisme municipal ; il avait affiché sa volonté de « fermer les camps de Roms ».

À Bobigny (Seine-Saint-Denis), l’UDI Stéphane De Paoli a été élu le 30 mars 2014 avec 53,99% des voix, mettant fin à 95 ans de communisme municipal ; il avait affiché sa volonté de « fermer les camps de Roms ». 18 jours plus tard, il annonçait dans le journal municipal son intention de « disperser certains campements » tout en affirmant que (son) « plus grand problème est de laisser des gens vivre dans des conditions sanitaires et de sécurité insatisfaisante ».

 

Nous sommes venus le 8 mai dernier déposer un stock de vêtements aux familles des Coquetiers. Dans le village, l’inquiétude culminait. Un jeune homme que nous connaissons bien avait les larmes aux yeux. Sa jeune épouse devait accoucher deux jours plus tard. « Le bébé arrive au moment où on veut nous chasser. Je ne sais pas ce qu’on va faire… »

 

Il y a quelques jours, selon le collectif de soutien aux roms, la mairie de Bobigny serait passée informer les habitants d’une expulsion fixée au lundi 2 juin !

 

Une réunion est organise le mardi 20 mai à 18h30 à Bobigny

 

En savoir plus

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.