Jusqu'à quand tolèrerons nous l'intolérable ?

 A propos de Leonarda

Droits de l'homme... Droit du citoyen... Droits de l'enfant... On bafoue à tout va depuis des années... Il convient de ne pas oublier les moyens mis en place par le gourverment de Sarkozy...

Article complet sur notre blog

Il convient de mettre fin à ceux mis en place par le gourvernement de Hollande... Il convient de mettre fin aux souffrances, de cesser de stigmatiser une population qui cherche à s'intégrer, de renouer en 2013 avec des pratiques auxquelles la France a collaboré durant la 2de guerre et qui a pour nom génocide !

Car c'est bien de cela qu'il s'agit.

Et pour ceux qui en douteraient encore, rappel de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, adoptée le 9 décembre 1948 par l'assemblée générale des Nations Unies, qui affirme, dans l'article 2 :

 

valls-ca-suffit-stop-expulsions-roms

"Dans la présente Convention, le génocide s'entend de l'un quelconque des actes ci-après commis dans l'intention de détruire, ou tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :
a) Meurtre de membres du groupe ;
b) Atteinte grave à l'intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
e) Transfert forcé d'enfants du groupe à un autre groupe."


Et c'est bien ce qui s'est passé il y a quelques jours pour Léonarda !

 

Sur le blog Réseau Education sans frontières, hébergé par Mediapart, le récit touchant de l’arrestation d’une Kosovare de 15 ans en situation irrégulière, arrêtée en pleine sortie scolaire.


Leonarda a 15 ans, elle vivait en France, à Levier (Doubs), depuis presque cinq ans. A deux mois près, elle aurait pu prétendre à une régularisation.


Le texte, rédigé par les enseignants du collège André Malraux et du lycée Toussaint Louverture, donne longuement la parole à sa professeur d’histoire-géographie, qui raconte le coup de fil du maire de Levier et les moments qui ont suivi :

« J’ai demandé aux policiers de laisser s’éloigner le bus pour que les élèves ne voient pas Léonarda monter dans la voiture de police, elle ne voulait pas être humiliée devant ses amis ! Mes collègues ont ensuite expliqué la situation à certains élèves qui croyaient que Léonarda avait volé ou commis un délit. Les élèves et les professeurs ont été extrêmement choqués et j’ai dû parler à nouveau de ce qui s’était passé le lendemain pour ne pas inquiéter les élèves et les parents. »

 

petition-leonarda.jpg

 

C'était mercredi dernier. Le 9 octobre. Leonarda, élève de 3ème au collège de Pontarlier dans le Doubs, est en sortie avec sa classe. Pour visiter l'usine de Peugeot à Sochaux, raconte-telle.  A 7h30, elle reçoit un appel. C'est l'ancien maire de Levier. Il lui demande où elle se trouve. L'adolescente passe ensuite l'appel à son enseignante.

 

Le bus s'arrête devant le collège/lycée Lucie-Aubrac de Pontarlier. En larmes, la collégienne descend avec son professeur. "J'avais mal au cœur d'abandonner mes amis, l'école, tout le monde. J'avais honte aussi parce qu'il y a la police qui est venue et mes camarade qui me demande ce que j'ai fait, si j'ai volé". La jeune fille n'a pas le temps de répondre.  "Il y a la police qui me disait, il faut y aller", raconte Leonarda mercredi midi à Géraldine Hallot de France Inter.


Revenir en France "pour avoir un avenir"

 

Expulsée vers le Kosovo avec sa mère, ses frères et sœurs, le jeune fille se trouve actuellement à Mitrovica, où elle n'a aucune attache. "J'ai même pas le droit d'aller à l'école ici", explique-t-elle. Parce qu'elle est Rom. "Moi tout ce que je veux c'est venir en France avec ma famille. Pour recommencer mes cours, pour avoir un avenir. Le plus important, c'est l'école", répète l'adolescente.

 

Lire également

Leonarda, le naufrage du parti socialiste

 

A propos de Khatchik

Droits de l'homme... Droit du citoyen... Droits de l'enfant... On bafoue à tout va depuis des années... Il convient de ne pas oublier les moyens mis en place par le gourverment de Sarkozy...

Des enfants, qui font leur scolarité en France, dont les amis sont français, dont l'avenir est en France et qui sont l'avenir de la France sont renvoyés dans un pays qu'ils ne connaissent pas, dont bien qu'originaires ils ne connaissent RIEN. Et il faudrait aussi laisser faire ça ?

 

Pendant que "nos" dirigeants - que nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus reconnaître comme tels - en aveuglent encore certains avec le fantasme d'étrangers venus manger le pain des français, on vous masque la manière dont laisse Arcelor et tant d'autres détruire tranquillement l'emploi en délocalisant après avoir encaissé NOTRE argent.

 

Car le vrai danger, ce ne sont pas les étrangers !

Le prix à payer pour vous le laisser croire, c'est de la destruction de leur vie et de leur avenir que risquent de le payer ces jeunes qu'on renvoie non pas chez eux mais loin de chez nous et pourtant à la une des journaux pour camoufler les réalités d'une déliquance en costume griffé !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.