Un rom dans mon canapé: candidature à faire circuler!

Pour l'heure, il ronfle doucement auprès de sa femme, dans le canapé d'un bénévole de notre association qui a craqué en le voyant arriver dégoulinant de pluie avec 24h de retard au gymnase où la mairie de Paris a abrité ceux qui ont tout perdu dans la destruction de leur bidonville la semaine dernière.

Pour l'heure, il ronfle doucement auprès de sa femme, dans le canapé d'un bénévole de notre association qui a craqué en le voyant arriver dégoulinant de pluie avec 24h de retard au gymnase où la mairie de Paris a abrité ceux qui ont tout perdu dans la destruction de leur bidonville la semaine dernière.

Il est fatigué parce qu'aujourd'hui - comme hier et les jours d'avant - il s'est obstiné à gagner sa vie en vendant un journal de rue qu'il achète 0,60€ et revend 2€. Il n'en a vendu que 5...

Il met un point d'honneur à ne pas être hébergé « pour rien » et participe aux tâches ménagères avec empressement. Et même pour deux car sa femme est malade. Le soir de son arrivée il a fallu la faire hospitaliser d'urgence. Après trois jours d'hôpital elle va mieux mais il la ménage...

Par bribes, Daniel raconte un peu sa vie. Deux mois après sa naissance, il y a trente ans, son père abandonne sa famille. Sa mère travaille, acceptant tous les boulots qui passent à sa portée. Elle meurt quand il a 17 ans. Il est alors obligé de quitter l'école pour travailler. En Roumanie, les roms n'ont pas facilement accès à leurs droits, y compris à l'emploi. Il travaille dans une ferme, s'occupant des vaches et des cochons.

Il se marie. A une fille. Et se prend à rêver d'une vie un peu meilleure. Cap sur la France en 2002. Il parvient à travailler ici et là mais... au black. Régulièrement, un ordre de quitter le territoire tombe. Retour en Roumanie. Retour en France. Une routine... Des particuliers l'emploient pendant 7 mois pour faire le ménage, entretenir leur maison. Mais là encore il n'est pas déclaré... Comme beaucoup d'autres, il s'installe dans le bidonville de Bobigny.

Est-il si naïf de répéter qu'on ne choisit pas de naître ici ou ailleurs ? Est-il si naïf de vouloir aider celui qu'on rencontre ? Une chose est sûre : déplier son canapé tous les soirs n'a rien de compliqué. Donner un coup de main pour faire un CV non plus. Faire circuler l'appel encore moins.

Souvenez vous aussi qu'il y a des emplois non pourvus en France. Et que Daniel, comme les quelques petits milliers de roms venus plein d'espoir ici, ont tout autant à nous apporter que l'ont fait par le passé les migrants qui sont les français d'aujourd'hui. Alors n'hésitez pas : faites passer !

CV DE DANIEL EN LIGNE 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.