Projection du film «Paraboles», «en soutien au peuple égyptien»

Pour accompagner depuis la France la révolution égyptienne en cours, on conseille la projection, «en soutien avec le peuple égyptien», jeudi 17 février à Montreuil, de Paraboles, dernier volet d'une passionnante immersion de plusieurs années dans un bidonville d'Alexandrie.
Pour accompagner depuis la France la révolution égyptienne en cours, on conseille la projection, «en soutien avec le peuple égyptien», jeudi 17 février à Montreuil, de Paraboles, dernier volet d'une passionnante immersion de plusieurs années dans un bidonville d'Alexandrie. Inédit en salles, le cinquième épisode du film fleuve d'Emmanuelle Demoris, Léopard d'or au festival de Locarno 2010, suit les pas d'un épicier de quartier (photo ci-dessous), le même homme qui prononce, chaque vendredi, le sermon à la mosquée. Il se trouve vite confronté à l'arrivée de fondamentalistes décidés à prendre d'assaut le lieu de culte. Mais la greffe ne prendra pas.
Paraboles donne à entendre des habitants d'ordinaire invisibles, enregistre les confidences d'arrière-cour, les élans de liberté et les murmures de la ville, et parvient en bout de course, bloc après bloc, à faire sauter les grilles de lecture occidentales sur des sujets délicats (extrémisme religieux, place de la femme, etc) - les mêmes repères qui ont empêché bon nombre de «grands intellectuels» français à penser les révoltes en cours dans le monde arabe. «L'intelligence politique et la générosité lucide dont le film témoigne nous semblent essentielles à montrer aujourd'hui à la lumière des événements actuels», estime la production, qui prépare par ailleurs une sortie nationale de Mafrouza. La séance sera suivie d'un débat, en présence d'Emmanuelle Demoris, entourée de spécialistes de l'Egypte et de critiques de cinéma.
Projection jeudi 17 février à 20h, au cinéma Le Méliès, à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Plus d'infos pratiques ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.