La démesure des marchés sur grand écran

On signale, en passant, ce festival de cinéma organisé par Attac, qui s'ouvre ce mercredi à Paris, autour de la «démesure». Au programme, pas vraiment de grands chefs d'œuvre (exception faite du Playtime de Tati), mais des dizaines de films, disons, citoyens.

On signale, en passant, ce festival de cinéma organisé par Attac, qui s'ouvre ce mercredi à Paris, autour de la «démesure». Au programme, pas vraiment de grands chefs d'œuvre (exception faite du Playtime de Tati), mais des dizaines de films, disons, citoyens.

La manifestation, qui dure une semaine au cinéma La Clef (5e), s'organise autour de journées thématiques (déchets, finance, urbanisme, etc), ponctuées de débats avec chercheurs et militants. On s'est risqués à un top-3 dans cette radiographie des ravages des marchés:
3 - Telepolis, film argentin passé inaperçu à sa sortie en salles françaises (2008), plongée dessinée dans un monde où la télévision dicte sa loi. Dimanche 21, 16h.


2 - La zona, propriété privée, de Rodrigo Pla, fiction mexicaine, autour du phénomène en pleine explosion des gated communities. Mardi 23, 18h.

 


1 - Paysages manufacturés, essai réussi sur l'évolution des paysages en Chine, sous l'effet d'une industrialisation dévorante. Mercredi 17, 16h.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.