Claire Vassé
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Rushes

Suivi par 73 abonnés

Billet de blog 24 mars 2008

Echos du mythe

Claire Vassé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En écho aux polémiques suscitées par le Salon du Livre dont le pays invité cette année était Israël, une phrase de Aharon Appelfeld lors d’un entretien avec Philip Roth :

« Les explications historiques me sont étrangères depuis que je me considère comme un artiste. » Parlons travail, Folio, p. 47.

Et plus loin, de parler des forces archaïques et mythiques qui agissent le monde en profondeur.

Ne pas s’engager dans l’événement mais participer de l’avènement, ne pas donner sa voix à un parti politique mais être capable d’entendre et faire écho à ces forces mythiques. Ouvrir une autre voie. Une voie qui n’est pas synonyme d’attentisme ou de refus des réalités du monde. Pour preuve, quelques noms de cinéastes contemporains, les deux pieds dans le réel pour mieux hausser la tête à hauteur des schémas mythiques qui illuminent le monde d’une autre lumière : Bruno Dumont, les frères Dardenne, David Cronenberg…

Comme par hasard, les trois premiers ont été les grands vainqueurs du palmarès du festival de Cannes quand le quatrième était président du Jury. C’était en 1999.

Les liens de l’Homme et de la Femme dénudés jusqu’à l’abîme dans le désert américain de Twentynine Palms, les larmes de Bruno (Jérémie Rénier) attestant l’accession à son humanité de père dans la toute fin de L’Enfant, le mafieu et la sage-femme figurant une famille aussi parfaite qu’improbable l’espace de quelques secondes sur les bords d’une Tamise tout aussi peu crédible dans Les Promesses de l’ombre… On est bien loin des explications historiques. Mais tellement proches de ce qui nous constitue depuis la nuit des temps.

En un plan, savoir cristalliser l’homme dans ce qu’il a de plus essentiel, intemporel.Savoir mettre devant nos yeux un homme qui nous ressemble, malgré tout. Un homme qui fait le lien entre notre vie telle qu’elle est et ce qu’elle pourrait être, ce qu’elle deviendra. Un homme dépouillé de ses oripeaux, comme les phrases auxquelles aspire Ernest dans L’Amour soudain, l’un des plus beaux livres jamais écrits sur la naissance d’un homme à l’écriture, à la mémoire, à l’amour :

« Plus que jamais importe à Ernest que son écriture soit claire, ordonnée, sans quoi que ce soit de superflu, ni d’exagéré. Il efface une phrase lorsqu’elle comporte un soupçon de coquetterieou d’enjolivement. Il a même ôté le mot ”amusement” d’une phrase car il lui semblait trop mou. L’écriture doit aller au fait, sans contorsions. Seuls les êtres à l’âme tourmentée ont une écriture sinueuse, brumeuse, il semble toujours qu’ils ont quelque chose à dissimuler. (…) A présent il n’emploie que des mots à l’intérieur desquels on peut voir, des mots qui n’ont pas un double sens, que l’on peut poser comme une tranche de pain ou un pot de lait. » Aharon Appelfeld, L’amour soudain, folio, pp. 204-205.

Claire Vassé

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné