Pourquoi un sondage pour désigner «le colonialiste de l'année»

Les représentations et mécanismes institutionnels hérités de notre passé colonial sont ravivés par l’actualité (loi du 23 février sur l’apport positif de la colonisation, présentation de l’immigration comme un danger, débat sur « l’identité nationale », polémique sur les prières de rues etc…). De nombreux « intellectuels » et politiques font un véritable « fond de commerce » de ces peurs et représentations.
Les représentations et mécanismes institutionnels hérités de notre passé colonial sont ravivés par l’actualité (loi du 23 février sur l’apport positif de la colonisation, présentation de l’immigration comme un danger, débat sur « l’identité nationale », polémique sur les prières de rues etc…). De nombreux « intellectuels » et politiques font un véritable « fond de commerce » de ces peurs et représentations.

Afin de dénoncer ces pratiques dangereuses pour la cohésion de notre société et dans le cadre de la semaine anticoloniale (qui regroupe plus de 80 organisations) est lancé un sondage en ligne pour désigner le « colonialiste de l’année 2011 ».

L'objectif de ce prix est, en mettant en avant ceux qui auront eux les paroles ou actes colonialistes, de leur renvoyer la monnaie de leur pièce et de leur montrer que leurs actes ont des conséquences...

Les nominés de l’année 2011 sont : Brice Hortefeux, Eric Zemmour, Hubert Falco, Michèle Alliot Marie, Riposte laïque et Jean-Paul Guerlain.

Le résultat du sondage sera rendu public le Samedi 19 février lors du « Salon anticolonial » qui aura lieu à la Bellevilloise (19-21 rue Boyer, 75020 Paris, métro Gambetta). Le lauréat se verra remettre, à l’instar de Eric Besson (lauréat 2010), le « casque colonial ».

Vous aussi vous pouvez voter en cliquant ici

Le lauréat sera annoncé pendant le Salon anticolonial (programme ici) qui se déroule les 19 et 20 février à la Bellevilloise (19,20 rue Boyer, métro Gambetta) lors de la réprésentation d'une pièce exclusive...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.