Billet de blog 14 sept. 2012

Eloge des PLAISIRS

Pointvirgule
Une parmi d'autres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’époque est si brutale, si résolument tournée vers la consommation qu’elle nous  ferait presque oublier ces plaisirs qu’on dit « petits ». Face aux douleurs du monde, nous serions vaguement gênés de les évoquer, comme si la simple joie de vivre devenait impudique et qu’aux risques du désir nous préférions la morne complainte de l’insatisfaction.

 Chantons donc les plaisirs et en premier lieu, le plaisir des corps.

Voici comment Lucienne Desnoues nous parle des amants :

 « Et les amants s'en furent se cacher
Dans le bourru de la chaude garrigue
Dans le touffu que nul sourçon n'irrigue
Dans le griffu qui croque du rocher

Que ce fut doux sous les broussins d'yeuses
Pour baldaquin les bâches du Mistral
Pour matelas le chaos minéral
Que ce fut doux l'amour minutieuse

Que ce fut doux quand le soleil oppresse
Tout excité d'insectes zélateurs
Donner au temps des leçons de lenteur
Donner à Dieu des leçons de tendresse  »

 J’aime aussi, par exemple, la façon dont Axelle Red passe de la sexualité à la sensualité. (Pour écouter : http://www.youtube.com/watch?v=GswGbImzcos )

Et le territoire de la sensualité est vaste. N’est-il pas sensuel, lui aussi, le repas entre amis où se mêlent joyeusement le partage des mets et des vins, les regards échangés, les propos libérés, la chaleur des épices ?

Plaisir des sens ou sens du plaisir quand, en terrasse, le soleil vient caresser la peau et la première gorgée de café délicieusement couler dans la gorge ?

Et puis enfin – ou avant tout, qui sait ? – le plaisir des mots.

"Les mots", disait Queneau, "il suffit qu’on les aime pour écrire un poème".

Et voici comment il le prouve :

" Bon dieu de bon dieu que j’ai envie d’écrire un petit poème.
Tiens, en voilà justement un qui passe
Petit petit petit
Viens ici que je t'enfile
    sur le collier de mes autres poèmes
Viens ici que je t'entube
    dans le comprimé de mes œuvres complètes
Viens ici que je t'enpapouète
    Et que je t'enrime
    Et que je t'enrythme
    Et que je t'enlyre
    Et que je t'enpégase
    Et que je t'enverse
    Et que  je t'enprose
La vache
il a foutu le camp "

Décidément, entre Queneau et moi, ce sera pour toujours… à la vie, à l’humour !

Voilà. C'était mon premier billet sur cette édition qui parle aux sens.

Alors à vos claviers et… au plaisir de vous lire !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique