Le SAMU Centre 15 , dispositif général incontournable d’accès aux soins non programmés

La position officielle :Le service public d’accès aux soins non programmés s’appuie sur une prise en charge rapide (quelques minutes) de tout appel 24 h /24 au Centre 15 . Le diagnostic « à distance » débouche sur une orientation par le médecin régulateur. Le 15 a aussi la responsabilité d’apprécier la difficulté pour le patient de se déplacer selon l’orientation définie et de lui procurer les moyens adéquats.

La position officielle :

Le service public d’accès aux soins non programmés s’appuie sur une prise en charge rapide (quelques minutes) de tout appel 24 h /24 au Centre 15 . Le diagnostic « à distance » débouche sur une orientation par le médecin régulateur. Le 15 a aussi la responsabilité d’apprécier la difficulté pour le patient de se déplacer selon l’orientation définie et de lui procurer les moyens adéquats.

Votre médecin traitant doit prendre les dispositions (sur ses ordonnances ?) , sur répondeur, pour vous indiquer la marche à suivre lorsqu’il ne peut répondre (rapidement) à votre appel. Si vous résidez dans une zone couverte par une équipe S.O.S. Médecins, vous avez une deuxième chance !


L’évaluation de ce service public par les « usagers »

Elle couvre évidemment une large gamme entre la satisfaction et la colère. Colère lorsque le contact téléphonique avec un « médecin régulateur » donne le sentiment que l’appel n’est pas considéré avec toute l’importance que le « patient ! » : isolé, angoissé ...souhaiterait ou que les secours annoncés se font attendre…Colère car c’est l’occasion de découvrir pour soi-même ou un proche (et pas simplement par la télé) que la couverture des territoires par les généralistes est de plus en plus inégale. D’innombrables études existent, des pistes pour limiter les dégâts aussi. On pourra peut-être en reparler ; c’est l’action qui manque le plus.

Des raisons de satisfaction lorsque la pratique est conforme à la règle officielle :

- le SAMU est le seul endroit d'accueil téléphonique 24h/24 où des médecins de permanence (publics ou libéraux sur vacations ) doivent sans délai établir un diagnostic à distance et décider d'une orientation responsable.
- le SAMU a "la main" sur les transports sanitaires pour procéder aux transferts plus ou moins médicalisés
- le SAMU dispose, en temps réel*, de la connaissance des disponibilités hospitalières dans les Services d'Urgence ou autres localisations . * sous condition bien sûr de la mise en oeuvre des technos les plus avancées de la transmission des données, ce qui est encore loin d'être généralisé.

Il est toujours possible que le médecin « régulateur » comme un autre généraliste depuis son cabinet ait formulé un avis qui ne vous semble pas adapté à votre état de santé. Sans hésiter,il faut rappeler le 15

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.