Pendant que beaucoup causent, Il y a des Régions qui font !

Dans SUD OUEST du 16 mai 2009 , sous la plume de dominique paries AULNAY-DE-SAINTONGE.
Inaugurée hier par Ségolène Royal,Catherine Quéré,Françoise Mesnard cette structure combat la désertification médicale en milieu rural.
Le tout nouveau, tout beau, cabinet médical d'Aulnay-de-Saintonge était fermé, hier, pour cause d'inauguration. Personne ne s'en est plaint lorsque Ségolène Royal a coupé le ruban de la Maison de santé, en présence des élus locaux, de représentants de l'État et de dizaines d'invités.

Ayant posé la première pierre de ce pôle médical, sanitaire et social le 27 novembre 2007, la présidente PS du Conseil régional y est revenue pour visiter les locaux opérationnels. Les deux médecins libéraux d'Aulnay ont fermé leur cabinet en ville pour s'y installer le 27 avril. Un local attend un troisième praticien,« indispensable », selon le maire, Jean-Mary Collin.

 

Des internes en stage
Afin de lutter contre la désertification médicale, bien réelle sur son territoire, notamment en Vals de Saintonge, la Région encourage les stages d'internes en médecine auprès de professionnels exerçant en milieu rural. Elle facilite aussi leur installation. Ainsi, tout médecin remplaçant disposera d'un studio à son arrivée à Aulnay.

Outre le cabinet médical, cette Maison de la santé (1), dont Ségolène Royal a salué l'exemplarité, accueille des permanences sociales, de la Protection maternelle et infantile ou de la Médecine du travail. Siège du réseau local de santé, qui compte un second pôle à Néré, elle accueillera à l'avenir un kinésithérapeute, un(e) infirmière(e), une orthophoniste.

 

La Maison de santé en appelle d'autres
Les cantons de Saint-Hilaire-de-Villefranche et Tonnay-Boutonne s'inspireront, très vite, du réseau Aulnay-Néré, fruit d'un travail de quatre ans en partenariat. La Région les aidera, promet Ségolène Royal.

(1) D'un coût global de 773 720 euros, le pôle de santé Aulnay-Néré a été financé par la Région (387 020 ?), l'État (120 450 ?), la Communauté de communes d'Aulnay (251 250 ?) et la Mutualité sociale agricole pour l'acquisition du mobilier (15 000 ?).

 

Pourquoi y-a-t-il tant des réticences pour une solution qui ne règle pas tout mais qui apporte une réponse aux tendances lourdes de l'inégalité territoriale de l'accès aux soins ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.