Interview d'Underground Railroad

Underground Railroad est un groupe de noise rock parisien, exilé en Grande Bretagne depuis quelques années.

Underground Railroad est un groupe de noise rock parisien, exilé en Grande Bretagne depuis quelques années. On en a eu connaissance dans l'hexagone par le biais du réseau Guerilla Asso. En février dernier, j'avais fait cette interview d'eux à l'occasion d'un concert devant une bonne vingtaine de personnes au Secret Place à Montpellier. Cet article était passé quasi inaperçu sur www.hautcourant.com, mais il s'avère que UR sort son second album à la rentrée, et que le NME en rafolle au point de les intégrer à leur playlist et que The Independant en offre un extrait en compil. On est content pour eux, et pour le rock français qui emmerde Philippe Manoeuvre aussi.

 

 

Vendredi 8 février, au Secret Place, le fief caché de la TAF (L’association "Tout A Fond", organisatrice de concerts Rock), Underground Railroad s’est produit devant un public épars. Interview des trois frenchies expatriés à Londres

 

 

Bonsoir, pour commencer, pouvez-vous vous présenter ?

Tous :On s’appelle Underground Railroad. Le groupe se compose de Marion, à la guitare et au chant, JB à la basse, et Raf à la batterie et au chant également.

 

Êtes-vous un groupe français ou anglais ?

JB : On est un groupe français expatrié à Londres.
Raf : En 2006, nous avons sorti notre 1er album, « Twisted Trees » sur Dirty Witch, un petit label lyonnais. Ça c’est bien passé avec eux, mais nous n’avons pu bénéficier d’aucune presse, et de très peu de promo. Depuis, on a signé sur One Little Indian, un label anglais, avec qui on a ressorti l’album. Le disque est maintenant distribué dans toute l’Europe, on le trouve même dans les FNAC. On a ainsi pu faire 4 dates en première partie de Dinosaur Jr !

 

Vous êtes donc partis pour vivre de votre musique ?

Marion : On ne trouvait pas forcément notre place sur la scène parisienne, on sonnait trop hardcore pour les groupes de pop, et trop Indie pour les groupes de Punk.
JB : En Angleterre, ce problème ne se pose pas, nous sommes bien accueillis sur la scène Shoegaze. On tourne avec des groupes comme Ipso Facto, ou John & Jehn, un duo français qui s’est aussi expatrié.
Raf : Côtoyer ces groupes nous permet de travailler le relief de notre musique.

JPG - 64.4 ko
Underground Railroad : Marion, Raf et JB dans la forêt...

Justement, vous avez joué beaucoup de nouvelles chansons ce soir, vous préparez un nouvel album ?

JB : On part en studio en mars, le disque sortira en septembre 2008
Raf : Grâce à notre label, on peut partir enregistrer aux USA. Le producteur John Goodmanson, qui a travaillé avec Blonde Redhead, Bikini Kill ou plus récemment The Gossip s’est montré intéressé par notre projet. On va jouer dans un studio ou a joué Nirvana !

 

Au niveau de la composition, il semblerait que vous vous émancipiez de l’influence des Sonic Youth ?

Raf : C’est sûr, nos nouvelles compos sont plus mélodiques, plus influencées par le shoegaze.
Marion : On travaille plus les reliefs, l’ambiance, la dynamique de nos chansons
Raf : Nous avons beaucoup élargi nos influences, on a beaucoup écouté My Bloody Valentine, The Warlocks, The Liars, mais aussi le Velvet Underground, et des groupes expérimentaux et psychédéliques.

 

Vous étiez déjà venus à Montpellier ?

Marion : Oui, on a avait déjà joué au Point Zero et au Peanuts, mais c’est la première fois qu’on joue avec la TAF

 

Pas trop déçus par le nombre de spectateur ? (une bonne vingtaine d’individus...)

Raf : Non, ce n’est pas étonnant, on n’a pas vraiment d’actualité en ce moment...
Marion : On teste un nouveau tourneur en ce moment, on fait juste 4 dates en France.
JB : On a joué à la Flèche D’Or à Paris, à Besançon, à Montpellier ce soir, et demain à Castres... C’est toujours agréable de jouer à Montpellier, demain, on ira à la plage !

 

Crédit photo : DR - http://www.myspace.com/urailroad

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.