Siamese Dream, 15 ans déjà

Je me souviens de ce début de soirée de 1994, j'ai 13 ans, je regarde NPA, Kurt Cobain est encore en vie. Je me souviens d'Antoine De Caunes annonçant « Smashing POUMPkins » sur le plateau. Je me souviens du gimmick simpliste de Today qui m'a hanté pendant tant d'années, et me hante parfois encore.

Je me souviens de ce début de soirée de 1994, j'ai 13 ans, je regarde NPA, Kurt Cobain est encore en vie. Je me souviens d'Antoine De Caunes annonçant « Smashing POUMPkins » sur le plateau. Je me souviens du gimmick simpliste de Today qui m'a hanté pendant tant d'années, et me hante parfois encore. Je me souviens de cet affrontement brutal entre la mélodie aigrelette et de la violence du son. J'entrais sans même m'en appercevoir dans un univers sonore que je ne cesse de parcourir et de découvrir, presque 15 ans après. Évidemment, les pumpkins ne sont pas grand choses au final. Juste mon premier émoi. Juste ce qui me fit m'interesser à l'indie.

 

Siamese Dream, le second album de Smashing Pumpkins est sorti il y a 15 ans. En 1993, Best year for Rock'n'roll pour Mark Loring dans Juno. À cette occasion, a été posté ce document d'époque sur leur chaîne Youtube :

Vieuphoria - In the Studio for Siamese Dream © The Smashing Pumpkins

Je ne sais pas si cet album est encore écoutable aujourd'hui. Je ne sais pas si j'en ai envie après le desastreux concert de la route du rock 2007. C'était prévisible, sans D'Arcy ni James Iha, Corgan qui envoie les pénibles riffs metalleux de son dernier album, et qui baclent les titres du groupe, le vrai. Celui qui est en train de se déchirer sur les royalties de la diffusion numérique des morceaux dont ils sont co-auteurs.

 

J'ai eu de la chance au final, je n'aurias jamais vu MA chanson jouée sur scène, je n'aurais pas de regrets. La voici donc, dans une vidéo d'époque là encore. L'image est calamiteuse mais le son y est. C'est tout ce qui compte. Mayonaise :

The Smashing Pumpkins - Mayonaise (Live) © ohsodreary

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.