Krul et Van Gaal au panthéon des pénos géniaux

La séance de tirs au but de Hollande-Costa-Rica (0-0, 4-3), le plus beau des quarts de finale de ce mondial, est entrée dans la légende des plus grandes séances de l'histoire du ballon. Et le "super remplaçant" Tim Krul y côtoit "le héros de Séville", Helmut Duckadam…

La séance de tirs au but de Hollande-Costa-Rica (0-0, 4-3), le plus beau des quarts de finale de ce mondial, est entrée dans la légende des plus grandes séances de l'histoire du ballon. Et le "super remplaçant" Tim Krul y côtoit "le héros de Séville", Helmut Duckadam…

Le coup de génie du stratège batave Louis Van Gaal, son remplacement  du gardien juste avant la fin des prolongations, l'exubérance d'un Tim Krul transcendé par l'instant, et les quatre Oranje fantastiques (Van Persie, Robben, Sneijder et Kuyt), qui ne laissèrent aucune chance au pourtant remarquable goal costaricien, Jesus Navas…

 

 © Reuters © Reuters

 

Au panthéon des climax dramatiques, ce final (à revoir ici en vidéo) rejoint sans peine notre sélection furieusement subjective (pourquoi s'infliger les non-plongeons exaspérants de Jean-Luc Ettori lors de France-Allemagne 1982 ?).

On a essayé de n'y retenir que les grands matchs de phase finale de coupe du monde, d'afrique ou d'Europe, de ligue des champions ou d'UEFA. Et on a forcément retenu surtout celles qui nous ont marqué et qu'on a vu en direct (ne pas hésiter à enrichir ce palmarès nostalgique dans les commentaires).

La plus vintage : France-Bresil 1986

Jojo Bats au sommet, Socrates et son pas d'élan, le ricochet magique de Bellone, Platoche à bout de souffle qui craque le jour de son anniversaire, et le tir de la qualif en demies du mondial mexicain, pour 'le minot des Minguettes" (puis icône cannoise) Luis Fernandez…

 

La plus "duel au sommet" : Milan-Juve 2003

Dida "la bruta" brésilienne contre Gigi "superman" Buffon, l'esthète turinois. Enchaînement d'arrêts de grande classe, pour conclure un indécis et magnifique derby italien. Et la Vieille dame turinoise qui s'incline finalement devant Chevchenko l'archange ukrainien du Milan…

UEFA Champions League 2002/2003 ~~ Juventus - Milan © AlessioCalaLesina


La plus "final de légende" : Liverpool-Milan 2005

La finale du siècle en ligue des champions, qui se termine aux pénos, après une folle remontée des Reds de la Mersey (0-3 à la mi-temps, 3-3 à la 90e). Et la grande parade de Jerzy Dudek, le Polonais dansant et en transe…

Highlights AC Milan 3-3 Liverpool - 25/5/2005 © Maestr021Channel

 

La plus "lose à domicile" : Hollande-Italie 2000

Comme on a déjà évoqué l'élimination italienne lors de son mondial 1990, grâce à l'incroyable gardien argentin Goycochea, on a préféré retenir la demi-finale de l'Euro 2000, comme séance emblématique de la lose à domicile. Les Bataves s'éliminent à l'issue d'un match qu'ils ont pourtant archi-dominé à 11 contre 10, ratant deux pénalties et touchant plusieurs fois la barre. Arrivés aux tirs au but, l'Italie déroule son tapis. Toldo est un héros, Totti régale d'une jolie panenka du haut de ses 23 ans, et Jaap Stam frappe comme un bourrin au-dessus…

ITALY vs HOLLAND EURO 2000 © SiR OMARTV

 

La plus inarrêtable : Côte-d'Ivoire-Ghana 1992

Lors de sa coupe d'Afrique des nations, la Côte-d'Ivoire élimine le Ghana d'Abedi Pelé au bout du suspense, et remporte la finale au bout du suspense, par 12 tirs au but à 11. Depuis, les Argentins de Newell's Old Boy (Rosario) ont fait mieux, en éliminant le Boca Juniors de Buenos Aires en quart de finale de copa libertadores, il y a un an. 13 à 12…

Newell's Old Boys vs Boca Juniors penalty shootout © Jay J

 

 

La plus "cultissime": Barcelone-Steaua Bucarest 1986

Somptueuse équipe du Steaua. Lacatus, Belodedici, Boloni… Et Helmut Duckadam, le « héros de Séville » ! Mi-décadent, mi-roi du macadam, le portier roumain sort à lui tout seul, avec son maillot vert et sa moustache proprette, le Barça de Bernd Schuster. Au terme d'un match cadenassé et déverrouillé par quatre arrêts splendides, le club de l'armée de Ceaucescu remporte la seule ligue des champions au palmarès footballistique du bloc communiste, peu avant que celui-ce ni s'effondre…

Le plus fou dans cette séance, c'est qu'elle est la dernière de Duckadam, mystérieusement retiré du football après ce match. La rumeur occidentale veut qu'il se soit fait briser les doigts par la Securitate, la police secrète roumaine. La version officielle évoque une thrombose au bras survenue l'été ayant suivi l'exploit. L'intéressé, toujours en vie, refuse de parler (en lire plus ici). Il ne reste que les "Blavo Doukadam !" du commentateur roumain à savourer…  

Most consecutive penalties saved world record set by Helmuth Duckadam © pe sas

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.