De l'art difficile de suivre le Mondial à Mediapart

La coupe du monde commence tout juste, et au sein de Mediapart, elle promet d'être éprouvante pour qui aime le foot un peu trop primairement. Prenons le match d'ouverture, une victoire somme toute assez banale pour un pays hôte, avec le petit coup de main de l'arbitrage maison qui va bien. Un début de compétition qui laisse la place à la décontraction. Que nenni…

La coupe du monde commence tout juste, et au sein de Mediapart, elle promet d'être éprouvante pour qui aime le foot un peu trop primairement. Prenons le match d'ouverture, une victoire somme toute assez banale pour un pays hôte, avec le petit coup de main de l'arbitrage maison qui va bien. Un début de compétition qui laisse la place à la décontraction. Que nenni…

Car à Médiapart, les amateurs de foot sont loin d'être majoritaires, et sont tenus de mener un rapport de forces permanent. Par exemple, malgré la présence de deux "footeux" (Lénaïg B. et Michaël H.) comme délégués du personnel, impossible de faire entendre raison à la direction sur le bien-fondé d'un abonnement à Bein Sport (sans doute par crainte de financer le Qatar). Ne parlons même pas d'une nouvelle télé dont on serait sûr qu'elle ne tombe pas en panne lors des matchs en fin d'après-midi. La proposition d'installer une « tribune de salon » dans la rédaction est finalement celle qui a reçu le meilleur accueil. Mais c'est uniquement en raison de l'intérêt d'un tel dispositif dans le cadre de nos soirées live…

Elle serait pas belle, la rédac de Mediapart, devant un match de foot? Elle serait pas belle, la rédac de Mediapart, devant un match de foot?

Quant au concours de pronostics interne à la rédac, il est évidemment l'occasion pour les enquêteurs maison de prétexter une impossibilité quasi-éthique à y participer. Parier sur une compétition aussi emblématique de la corruption, vous n'y pensez pas. Ou alors, c'est l'occasion pour certains (comme la journaliste environnementale Jade L.) de proposer une prédiction s'appuyant sur l'émission de CO2 de chaque pays… Une baisse des tarifs d'inscription et la promesse d'un apéro a toutefois permis de limiter la casse, mais on sent bien qu'en insistant pour obtenir davantage de mises, on nous regarde comme si on avait demandé si un conflit d'intérêts était si grave…

Et ce vendredi, pensez-vous qu'on a disserté sur ce pointu du jeune Oscar, magnifique dernier but auriverde lançant réellement la compétition ? Bien sûr que non. Le directeur éditorial, François B. a certes cessé de nous torturer pour que l'on signe un édito expliquant, comme aux plus belles heures du Monde de la fin des années 1990 et du tour de France de l'époque Festina, qu'« il faut arrêter le Mondial ». Mais c'est pour tout de suite développer la métaphore du premier but brésilien marqué contre son camp, comme on se tire une balle dans le pied…

Pour le camarade Michel D., spécialiste des affaires de justice, on serait justement en plein dedans, tant l'arbitre a forcément été corrompu pour siffler un tel pénalty, puis refuser un but aux Croates. Heureusement qu'on l'a arrêté à temps, en déployant un brin de mauvaise foi et en argumentant que les décisions étaient justifiables, en tout cas "sifflables", sinon il aurait fini par en rendre responsable Eric Woerth ou Jérôme Cahuzac. Même le camarade Michaël H. s'y met, en s'interrogeant sur le monopole de l'injustice légitime, reposant selon les cas sur l'arbitre ou sur le joueur, en se demandant s'il n'y a pas une similarité avec les jugements médiatiques sur la vie politique, qui rend responsable selon les cas l'Etat ou l'individu.

Bref, rien qu'après un match, allez expliquer que votre vision du foot, empreinte de naïveté volontaire et de nostalgie enfantine, se résume plutôt à ça…

World Cup 2014: Watch Reaction to Brazil's First Goal | The New York Times © The New York Times

 

PS: Aux abonnés fidèles, qui partagent les indignations sus-citées ou ont au contraire le même réflexe coupable d'aimer le foot en-dehors de toute autre considération, cette édition est faite pour vous. De grâce, sortez-nous de notre angoisse, semblable à celle du gardien de but au moment du pénalty (©Peter Handke)…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.