mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mer. 28 sept. 2016 28/9/2016 Dernière édition

Michel Tubiana, président d'honneur de la Ligue des Droits de l'Homme : LE CRIF JOUE AVEC LE FEU

LE CRIF JOUE AVEC LE FEU Le président du CRIF se targue d’avoir fait interdire une réunion sur invitations qui devait se tenir à l’Ecole Normale Supérieure autour des personnes poursuivies pour leur appel à boycotter les produits israéliens ou ceux issus des colonies mais estampillés, en toute illégalité, comme israéliens.

LE CRIF JOUE AVEC LE FEU

 

Le président du CRIF se targue d’avoir fait interdire une réunion sur invitations qui devait se tenir à l’Ecole Normale Supérieure autour des personnes poursuivies pour leur appel à boycotter les produits israéliens ou ceux issus des colonies mais estampillés, en toute illégalité, comme israéliens.

 

La LDH pour sa part, comme l’autorité palestinienne, dont la représentante en Europe Leila Chahid devait participer à la réunion finalement interdite, considère comme plus efficace d’appeler au respect de la législation européenne et donc de cibler les produits issus de colonies.

 

Comme le précise l’appel à soutenir les personnes poursuivies, "certains d’entre nous appellent au boycott de tous les produits israéliens; d’autres « ciblent » les seuls produits des colonies israéliennes; d’autres encore choisissent des formes d’action différentes. Mais nous sommes tous unis pour refuser catégoriquement que les militant-e-s de la campagne internationale Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) soient accusés et jugés pour “provocation publique à la discrimination”…. »

 

Comment ne pas voir, en effet, derrière l’action du CRIF la volonté d’exonérer en permanence les autorités israéliennes de leurs actes en jetant sur toute critique le voile de l’antisémitisme et de la délégitimation de l’Etat d’Israël.

 

Si le CRIF n’a jamais cessé de proclamer que la critique n’était pas interdite, les propos de ses présidents successifs, les articles qui figurent sur son site attestent qu’en fait de critiques, le CRIF refuse de reconnaître que l’Etat d’Israël est un Etat comme un autre qui a les mêmes droits et les mêmes responsabilités.

 

Censé représenter la communauté juive de France, encore qu’il n’en a jamais été qu’une émanation très partielle, le CRIF s’est transformé en porte-parole des autorités israéliennes, adoptant presque sans retenue les différents crédos de celles-ci. L’évolution de sa direction n’y est sans doute pas étrangère. Ses silences, voire certaines de ses publications, ajoutent à cette complaisance une forme de dérive qui conforte son inféodation aux plus radicaux.

 

C’est ainsi que son ancien président, Roger Cukierman, a pu publier sur le site du CRIF, une tribune, certes n’engageant que lui, en date du 22 mars 2010, fleurant bon le danger que représente le ventre trop fécond des femmes musulmanes…. Au-delà de la dénonciation rituelle des atteintes aux mosquées et aux cimetières, en ces temps de haine de plus en plus ouverte contre ceux et celles, français ou non, qui se réclament de l’Islam, une telle prose amène à s’interroger sur l’influence de ce mal sur le CRIF.

 

L’on cherchera aussi vainement sur le site du CRIF la manifestation d’une quelconque inquiétude concernant les restrictions de plus en plus fortes apportées par la droite israélienne à la liberté d’association en Israël, là aussi parce la dénonciation de la colonisation et des crimes de guerre constitueraient un danger. L’Etat d’Israël rejoindra-t-il par ce biais les détestables législations de ses voisins qui conduisent à réduire la liberté d’association ?

 

Quant aux libelles qu’ont dû supporter les signataires du timide mais bienvenu appel « Jcall », y compris de la part du président actuel du CRIF, ils révèlent que l’attachement naturel que tel ou tel peut avoir à l’Etat d’Israël entraîne une sorte de sidération allant jusqu’à la négation de l’évidence.

 

En adoptant cette attitude, le CRIF prend le risque de laisser croire qu’il y aurait une sorte de signe d’égalité entre les juifs pris collectivement ou individuellement, et la politique des autorités israéliennes. Cette double prise d’otage, qu’elle vise à interdire tout débat sous prétexte d’antisémitisme ou qu’elle vise à identifier tout juif à l’action gouvernementale israélienne, ne peut que conduire qu’à une communautarisation accrue du débat politique.

 

L’interdiction de la manifestation de soutien qui devait se dérouler le 18 janvier à l’E.N.S. n’est donc pas simplement une atteinte à la liberté d’expression. Elle est aussi la forme la plus imbécile de soutien à l’existence de l’Etat d’Israël. Elle est enfin et peut-être surtout en France, la meilleure manière qui soit d’attiser le repli sur des communautés artificielles mais antagonistes.

 

Michel TUBIANA

Président d’honneur de la LDH

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
Pour mieux comprendre la judéophobie d'aujourd'hui.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 9 abonnés

Soutenons Stéphane Hessel et les pacifistes de la campagne BDS

  • 1 rédacteur
  • Rédacteur en chef : _resa_
À propos de l'édition
L'appel Solidarité avec Stéphane Hessel et toutes les victimes de la répression publié par Mediapart en octobre a été signé par des personnalités intellectuelles et politiques de premier plan et plus de 10 000 personnes. Poursuivre en justice Stéphane Hessel pour «incitation à la discrimination»? C'est ce à quoi prétendent les inconditionnels pro-israéliens. Forts du soutien de l'ancienne Garde des Sceaux, ils multiplient les procès contre les militants pacifistes de la Campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre l'occupation et la colonisation israéliennes).