Marine Turchi
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Synthétique

Suivi par 37 abonnés

Billet de blog 22 juin 2008

Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

De Kraftwerk à "La Düsseldorf", l'épopée Dinger

Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart
© 

Il fallait faire, dans cette édition, une place à Klaus Dinger, l'un des piliers du Krautrock de Düsseldorf et surtout l'inventeur du motorik. Avant de mourrir, le 21 mars dernier, à trois jours de ses 62 ans, Dinger a eu trois vies. Rien de moins.

© 

L'aventure Kraftwerk, d'abord. On l'oublie souvent, mais il fut le batteur de la "centrale électrique" de Düsseldorf, à leurs débuts, en 1970. Aux côtés des fondateurs, Ralf Hutter et Florian Schneider, Dinger a participé aux tatônnements du groupe, dont la musique a d'abord rencontré un succès mitigé car trop avant-gardiste. C'est là qu'il invente le "motorik", cette rythmique répétitive, à l'image d'une conduite sur autoroute. C'est là qu'il rencontre Michael Rother (guitarre) venu remplacer Hutter pour un temps. Mais Hutter et Schneider touhent un peu trop aux boîtes à rythmes électroniques à leur goût, aussi les deux hommes s'en iront créer leur propre groupe, en 1971.

© 

"Neu!" était né. Dans la foulée, ils enregistrent un premier album éponyme, qui sort au début de l'année 1972. "Hallogallo", en est le titre phare:

Suivent les opus "Neu! 2" (1973) et "Neu! '75" (1975). On y retrouve des titres majeurs de Dinger:

"Super" (petit medley des diverses versions), qu'on retrouve d'ailleurs sur la BO du film "Kill Bill":

© kraftneu

"Hero" (1974):

© kraftneu

et "Isi" (1975)

© kraftneu

En 1975, après trois albums, Michael Rother se fait la malle et Klaus Dinger poursuit l'épopée en créant "La Düsseldorf". Au programme: du disco-punk cradingue, qui retiendra d'ailleurs l'attention d'un certain David Bowie, à Berlin.

"Viva":

© pk1001

Mais une fois n'est pas coutume, Klaus Dinger se brouille avec un membre du groupe, en l'occurence son frère Thomas, au début des années 1980. Résultat: le nom du groupe ne fut légalement plus utilisable ni par l'un, ni par l'autre. Et ce quelque temps après la sortie d'un 45 tours intitulé ..."Ich liebe dich"(/"je t'aime")!

© 

Klaus Dinger (à droite) et son frère Thomas en 1978.

Klaus Dinger n'abandonne pas pour autant, et poursuit sous différentes variantes du nom. Jusqu'en novembre 2006, avec la réédition de l'album "Neondian" sous le titre "Mon amour" et le nom de groupe "La Dusseldorf.de".


Dans les années 1990, Dinger ne manque pas d'imagination et lance "La Neu!", en référence, ça n'aura échappé à personne, à "Neu!" et "La Düsseldorf".

© 

En mars dernier, à trois jours de son 62ème anniversaire, il est terrassé par une attaque cardiaque. C'est bien connu, dans la mouvance punk et post-punk, les artistes font rarement de vieux os. Michael Rother, lui, est bien vivant. Il donnait de ses nouvelles, en avril dernier, au magazine "The Wire".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio