Bienvenue 2016

5665-10153307887522816-944932433768093127-n

De ma propre expérience limitée, j'ai trouvé que le plus haut degré de tranquillité intérieure vient du développement de l'amour et de la compassion

S.S. Le Dalaï Lama

 

The Reality of War

2016-01-04-16h37-49

 

 

 

 La réalité de la guerre

Bien sûr, la guerre et les grands trusts militaires sont les plus grandes sources de la violence dans le monde.

Que leurs objectifs soient défensifsou offensifs, ces vastes et puissantes organisations existent uniquement pour tuer des êtres humains.

Nous devrions réfléchir à la réalité de la guerre.

La plupart d'entre nous ont été conditionnés pour considérer l’affrontement militaire aussi excitant et glamour que possible  - une occasion pour les hommes de prouver leur compétence et leur courage.

Depuis que les armées sont légales, nous pensons que la guerre est acceptable. En général, personne ne ressent que la guerre est criminelle ou que le fait de l’accepter est une attitude criminelle.

En fait, nous avons été endoctrinés.

La guerre est ni glamour, ni attrayante. La guerre est monstrueuse. Sa nature même, c’est la tragédie et la souffrance. 

La guerre est comme un feu au cœur de  la communauté humaine, au cœur de l’humanité, un feu dont les combustibles sont  les êtres vivants. Je trouve cette analogie particulièrement appropriée et utile. La guerre moderne se mène principalement avec différentes formes de feu, mais nous sommes tellement conditionnés à la trouver aussi palpitante que nous parlons de telle arme, ou, de telle autre arme merveilleuse comme une réussite fantastique de la technologie et ce sans se rappeler,  le moins du monde, que, si elle est effectivement utilisée, elle va brûler des personnes bien vivantes.

La Guerre ressemble également fortement d'un incendie dans sa façon même de se propager.

Si une zone de combat présente des faiblesses, l'officier-en-chef y envoie des renforts. C’est comme jeter des gens vivants dans un feu.

Mais parce que nous avons été endoctrinés à penser de cette façon, nous ne faisons pas cas de la souffrance des soldats individuels. Il n’est pas de soldats qui veuille être blessé ou qui veuille mourir. Aucun de ses proches ne souhaite qu’il lui arrive malheur. Si un soldat est tué, ou mutilé à vie, au moins cinq ou dix autres personnes  - ses parents, relations et amis -  en souffrent aussi.

Nous devrions tous être horrifiés par l'ampleur de cette tragédie, mais nous sommes trop confus. Notre esprit est trop confus.
 
Franchement, moi aussi, étant enfant j’étais attiré par les militaires. Leur uniforme dégageaient une telle prestance et semblaient si beaux. Mais c’est exactement ainsi que la séduction commence à opérer.

Les Enfants commencent à jouer à des jeux qui, un jour, vont les amener à se retrouver en difficulté.

Il y a tellement de jeux absolument passionnants auxquels jouer, et, tant et tant de costumes à porter, des costumes autres que ceux fondés sur le meurtre d'êtres humains, sur le meurtre et la destruction d’êtres humains, d'êtres sensibles.

Encore une fois, si nous, en tant qu’adultes, n’étions pas tellement fascinés par la guerre, nous percevrionsclairement que permettre à nos enfants de s’habituer à jouer à des jeux de guerre est extrêmement regrettable et malheureux.

Certains anciens soldats me l'ont dit, ... Que quand ils ont abattu leur première personne, ils se sont sentis très mal à l'aise, mais étant donné qu’ils ont continué à tuer, la chose leur devint tout-à-fait normale.

A terme, on peut s’habituer à n’importe quoi.
 
Ce n’est pas seulement en temps de guerre que les établissements militaires sont destructeurs.

De par leur conception même, ils entrainent les plus grands viols des droits de l’homme, et ce sont les soldats eux-mêmes qui souffrent le plus systématiquement de leurs abus. Après que l'officier en charge ait donné de belles explications sur l'importance de l'armée, sur sa discipline et la nécessité de vaincre l'ennemi, les droits de la grande masse des soldats  sont quasiment entièrement balayés. Ils sont alors contraints de faire abstraction de leur volonté individuelle et d’y renoncer, et, à la fin, de sacrifier leur vie. En outre, une fois qu’une armée est devenue et représente une force puissante, le risque majeur demeure qu’elle détruise le bonheur de son propre pays.
 
Il existe des gens avec des intentions destructrices dans chaque société, et la tentation de s’approprierle pouvoir et le commandement sur une organisation susceptible de favoriser et de permettre la réalisation de leurs désirs peut devenir écrasante. Mais peu importe qu’ils soient malveillants ou malins, diaboliques, il est évident que tous ces nombreux dictateurs qui sont des meurtriers en mesure d’opprimer actuellement leurs peuples et de causer de graves problèmes internationaux, il est évident qu'ils ne pourraient pas ainsi nuire à autrui, qu'ils ne pourraient pas ainsi détruire d'innombrables vies humaines, s’ils ne disposaient  pas d'une organisation militaire au préalable acceptée et tolérée par la société.

Aussi longtemps qu’il existera des puissantes armées, il y aura toujours ce danger d’une dictature. Si nous croyons vraiment que la dictature est une forme méprisable et destructrice de gouvernement, nous devons reconnaître que l'existence d'un pôle militaire puissant en est une de ses principales causes.
 
Le militarisme coute aussi très cher. Poursuivre un objectif de paix par les moyens de la force militaire impose un fardeau extrêmement coûteux à la société. Les gouvernements dépensent des sommes colossales pour des armes de plus en plus complexes et toujours plus sophistiquées, alors qu'en fait, personne ne veut vraiment les utiliser. Non seulement l'argent, mais également aussi une énergie précieuse et tant d'intelligence humaine sont épouvantablement gaspillés tandis que la seule chose à s’accroitre, c'est la peur.

Je veux qu'il soit clair, cependant, que même si je suis profondément opposé à la guerre, je ne préconise pas l'apaisement. Il est souvent nécessaire d’adopter une position ferme pour contrer une agression injuste.

Par exemple, il est clair, pour nous tous, que la Seconde Guerre mondiale était entièrement justifiée. Elle  « a sauvé la civilisation »  de la tyrannie de l'Allemagne nazie, comme l’a si bien dit Winston Churchill.

À mon avis, la guerre de Corée était aussi justifiée, car elle a donné à la Corée-du-Sud la chance de développer progressivement la démocratie. Mais nous ne pouvons, avec le recul, juger, si oui ou non, un conflit a été justifié pour des raisons morales.

Par exemple, nous pouvons maintenant voir que, pendant la guerre froide, le principe de la dissuasion nucléaire avait une certaine valeur. Néanmoins, il est très difficile d'évaluer de telles questions avec un quelconque degré de précision.

La guerre, c’est la violence et la violence est imprévisible.

Par conséquent, il est préférable, si possible, de l’éviter, et il est préférable de ne jamais présumer que nous saurions à l'avance si le résultat d'une guerre particulière se révélera bénéfique ou pas.

Par exemple, dans le cas de la guerre froide, la dissuasion a, peut-être, aidé à promouvoir la stabilité, mais n’a pas créé les conditions d’une paix véritable. Les quarante dernières années en Europe ont seulement vu  une absence de guerre qui n'a pas été une paix véritable, mais plutôt un fac-similé. Au mieux, la course aux armements à des fins de paix n'a qu'un temps.

Tant que les adversaires ne se font pas mutuellement confiance, ne se font pas confiance, les uns les autres, un certain nombre de facteurs peuvent toujours venir perturber l'équilibre du pouvoir.

Une paix durable ne peut s’établir que sur la base d’une confiance véritable.

 

1910062-1086728904693429-4367193835343557566-n-1

 

                      Vous souhaitant une Nouvelle-Année faste et pleine de compassion

 

5665-10153307887522816-944932433768093127-n

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.