Lhakar ! Mercredi Blanc ! Nouvelle forme de résistance au Tibet

Tibeterinnen in traditioneller Kleidung im Südwesten Chinas. Was hier Alltag ist, kann auch Protest sein: Viele Tibeter heben inzwischen ihre Identität ganz bewusst hervor - als stilles Aufbegehren gegen die chinesische Herrschaft. Foto: afp

Lhasa, Samedi 10Mai 201



Mercredi Blanc, nouvelle forme de résistance.

Des Tibétains bravent le gouvernement chinois avec une forme nouvelle de protestation silencieuse.

Dans le combat pour leur liberté, des Tibétains ont développé une forme de protestation subtile contre le pouvoir chinois. Ils se parlent uniquement en tibétain, ne mangent que de la cuisine tibétaine ou boycottent les produits chinois.

Voilà bien six ans que les Tibétains se sont soulevés contre la domination chinoise.

Triste résultat : le soulèvement a été réprimé, des centaines de Tibétains ont été condamnés à mort ou à la prison longue durée. Le désespoir face à l'impuissance a engendré en 2011 une vague d'auto-immolations par le feu. Plus de 130 Tibétains ont délibérément choisi de mourir dans les flammes sous l'indifférence du parti communiste chinois qui refuse toute concession et reporte la responsabilité sur le Dalai Lama.

Mais comme tous les Tibétains ne sont pas prêts à sacrifier leur vie ou le reste de leur liberté, les voilà sur une autre forme de résistance :

Silencieuse, moins spectaculaire mais plus efficace partout où elle se manifeste.  « Lhakar »,  s'appellet-elle, ce qui en allemand donne  « Mercredi Blanc »  avec blanc pour  « porte bonheur » .

Le Dalai Lama étant né un mercredi ...  C'est donc dans une entente tacite que les Tibétains ont fait de ce jour de la semaine une Fête. Aux activistes « Lhakar » de porter des vêtements de fête, de ne manger que de la cuisine tibétaine, de ne parler qu'en tibétain et se rendre au temple ce jour-là.

« Une force silencieuse rend la résistance tibétaine autrement, sa puissance réside dans les petites choses de la vie, bien souvent considérées à tort comme banales et sans importance », explique l'activiste Dechen Pemba.

Utiliser le quotidien, le privé, comme plate-forme pour la protestation, telle est l'idée du Mouvement.

Nul besoin de rassemblements, de conspirations, d'endoctrinement idéologique ou de programmes, ni surtout du droit de mourir :

« Par le passé, l'image politique était toujours ou tout blanc ou tout noir :  si tu manifestes pour l'indépendance, tu le paies avec 10 ou 20 ans de prison, avec la torture en prime. C'est ça ou tu baisses la tête », dilemme que décrit Tenzin Dorjee, leader depuis de longues années de  « Students for a Free Tibet ».

Grâce au Mouvement Lhakar, les gens pourraient faire beaucoup de choses sans finir en prison. « Un petit pas, puis deux, la barrière de la peur peut être franchie. »

En effet, les formes d'action prennent toujours plus d'ampleur.

Nombre de Tibétains ne se limitent pas à exposer leur identité, ils refusent catégoriquement de coopérer avec les Chinois, à l'instar de l'anticolonialiste Mahatma Gandhi. Près de Nagchen où les Chinois dominaient le marché, les Tibétains, forcés d'acheter des produits à des prix excessifs, subissaient sans rien dire, jusqu'à ce qu'ils se mirent à boycotter le marché. Fazit : au bout de deux mois, les premiers Chinois durent fermer boutique par manque de clientèle.

Le propriétaire d'une restauration rapide dans l'Est du Tibet ne prend les commandes qu'en tibétain. Les manques à gagner sont supportables, dit-il. Un autre prix pour les moines qui, eux, versent un yuan pour chaque mot chinois qui leur sort de la bouche.

Jusqu'ici le gouvernement chinois se retient.

D'une part, il se concentre sur le moyen de juguler les immolations par le feu qui ont alerté l'opinion internationale. D'autre part, les activités en question peuvent difficilement être criminalisées. Le port de vêtements traditionnels est justement répandu en Chine pour souligner la diversité -  pour peu qu'il s'agisse de folklore.

N'empêche que dans l'Est tibétain une femme a été arrêtée pour avoir incité ses compatriotes à participer aux activités Lhakar.

 

 KLEMENS LUDWIG

 

Collect. Pers.


Collect. Pers.


merci à Catherine Quattrone pour la traduction allemande



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.